Jérémie Legault, 9 ans, est entouré des ses amis Jordan et Dimitri Tremblay à l’endroit où un hibou l’a attaqué.

Un hibou attaque un enfant à La Baie

Un garçon de 9 ans a eu la frousse de sa vie, dimanche, quand un hibou l’a attaqué à la tête alors qu’il jouait tout bonnement avec ses amis derrière une résidence située en plein coeur d’un quartier de La Baie.

Deux jours avant Noël, Jérémie Legault s’amusait avec ses amis Dimitri et Jordan Tremblay quand l’oiseau de proie est soudainement apparu pour lui agripper le crâne avec ses serres, lui causant plusieurs lésions, dont une coupure profonde qui a nécessité trois points de suture.

« Il est vraiment arrivé vite. On a fait un saut. Quand on a remarqué que ça saignait, le père [de mes amis] est venu me porter chez nous et il m’a dit que j’irais peut-être à l’hôpital. Ç’a vraiment fait mal », raconte le jeune garçon, rencontré chez lui par Le Quotidien, lundi matin.

Encore sous le choc au lendemain de son expérience hors du commun, Jérémie a raconté qu’il s’était ensuite rendu à l’hôpital de La Baie pour faire désinfecter et soigner convenablement sa plaie.

Le garçon de 9 ans a eu besoin de trois points de suture après avoir été attaqué.

« Un Noël comme ça, c’est un petit peu bizarre », avoue ensuite le garçon.

« J’ai eu de la misère à me coucher. Je m’inquiétais et je shakais de même, explique Jérémie, en mimant le mouvement. J’ai fait des mauvais rêves de l’affaire qui m’est arrivée, mais j’étais avec d’autres [personnes]. Quand j’ai réussi à m’endormir, il était une heure du matin », ajoute Jérémie.

Un agent du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs s’est rendu sur place.

Plus de peur que de mal

Les parents de Jérémie ont été sonnés sur le coup, mais conviennent également qu’il y a eu plus de peur que de mal dans cette histoire.

« Il était un peu de tout, un peu paniqué et il pleurait en même temps. On voyait qu’il s’était fait brasser. Quand je suis allé chercher ma lampe frontale pour le nettoyer, j’ai vu qu’il n’avait pas juste deux ou trois petites grafignes. Il y en avait vraiment une à l’arrière de la tête qui était assez profonde, et ça saignait. Il m’a dit : ‘‘Il y a un oiseau qui m’a attaqué. Il est parti avec ma tuque.” Il paniquait vraiment », raconte le père de Jérémie, Luc Legault.

D’autres incidents rapportés

En discutant avec leurs voisins au lendemain de l’incident, M. Legault et sa conjointe ont constaté qu’un oiseau – qui pourrait être le même hibou – a semé le trouble à plusieurs reprises au cours de la dernière semaine.

Plusieurs voisins ont rapporté avoir vu un gros oiseau dans le secteur des rues J.-T. Tardif et du Rond-Point, à La Baie, et il aurait aussi foncé dans la fenêtre d’au moins une maison du même secteur résidentiel.

« Ce qu’on nous a expliqué, c’est que le hibou, souvent, il a un territoire de chasse. Si on marche dans un sentier qui se trouve à être sur son territoire, il va juste tenter d’intimider et n’attaquera pas. Les agents de la faune sont venus parce que c’est la première fois vraiment [qu’un hibou] attaque quelqu’un », indique Luc Legault.

+

DES ASSAUTS EXTRÊMEMENT RARES

Les attaques de hiboux comme celle subie par le jeune Jérémie Legault seraient extrêmement rares, autant au Saguenay–Lac-Saint-Jean qu’ailleurs au Québec, indique le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP).

«Je n’ai pas vu ça souvent. C’est quand même assez marginal comme situation», indique l’agent aux communications du MFFP Frédéric Sheehy, qui estime avoir entendu des histoires semblables qu’une ou deux fois dans sa carrière. Ce dernier a rappelé, lundi, qu’un membre de son équipe était toujours à la recherche de l’oiseau en question ainsi que d’indices pouvant expliquer son comportement erratique et agressif.

«On a eu un signalement par rapport à une attaque de hibou, mais il n’a pas été vu sur les lieux. Les agents se sont déplacés sur place pour rencontrer le jeune homme et poursuivent leur enquête», ajoute M. Sheehy.