Shirley Simard a eu la chance de passer une journée de patrouille en compagnie de sa fille, et sa fille Raissa L. Simard, lundi, à Alma.
Shirley Simard a eu la chance de passer une journée de patrouille en compagnie de sa fille, et sa fille Raissa L. Simard, lundi, à Alma.

Un duo mère-fille à la Sûreté du Québec, le temps d’une journée

Pour une rare fois, un duo mère-fille a eu l’occasion de patrouiller ensemble lors d’une journée de travail typique à Alma. En effet, Shirley Simard, la maman, et Raïssa Lavoie-Simard, la fille, n’ont «pas arrêté de la journée» lundi, alors qu’elles sont intervenues à plusieurs reprises sur le territoire régional.

«On est contentes d’être ensemble», ont-elles lancé à l’unisson entre deux appels. Alors que la jeune policière de 27 ans évoluant au poste de la MRC de Beauharnois-Salaberry était de passage au Lac-Saint-Jean pour des vacances, elle a fait une demande à son supérieur pour avoir l’occasion de patrouiller avec sa mère, à Alma.

C’est donc lundi qu’elles ont pu travailler ensemble pour la première fois, une belle expérience autant pour la mère que la fille. «C’est tout de même une journée normale pour nous, mais on est fières de travailler ensemble. On fait de la police quand même habituellement donc c’est seulement d’avoir la chimie d’être ensemble. C’est super plaisant», a souligné l’agente Raïssa Lavoie-Simard. Elles ajoutent que comme elles se connaissent très bien, cela aide lors d’une intervention. «On tripe vraiment d’être capables de répondre aux appels et d’être autonomes», a raconté Shirley Simard.

Une équipe mère-fille, cela s’était vu quelques fois au Québec, mais il s’agit fort probablement d’une première au Saguenay-Lac-Saint-Jean. «C’est spécial et ça fait partie de l’histoire aussi. Il ne faut pas oublier ça, a mentionné avec fierté l’agente à la patrouille Shirley Simard. Les femmes dans la police, oui, cela fait plusieurs années, mais là c’est comme les enfants des premières policières.»

Cette fois, c’était la fille qui venait patrouiller sur le territoire de la mère, mais elles confirment que la prochaine journée ensemble sera sur le territoire où Raïssa travaille habituellement. Selon les deux policières, il est intéressant de changer de milieu de cette façon également. Selon ce qui est rapporté, les deux secteurs sont très différents. «La population n’est pas pareille, nous autres nous avons beaucoup de [secteurs] ruraux, les rangs et les villages sont très éloignés, donc ce n’est pas toujours la même réalité que ceux qui sont plus en poste dans les grandes villes», a observé Mme Simard.