Un automobiliste qui a mis en péril la sécurité d’un père de famille et des occupants de son véhicule sur l’autoroute 10 à Sherbrooke a échoué dans sa tentative de faire annuler la contravention qui lui avait été imposée.
Un automobiliste qui a mis en péril la sécurité d’un père de famille et des occupants de son véhicule sur l’autoroute 10 à Sherbrooke a échoué dans sa tentative de faire annuler la contravention qui lui avait été imposée.

Un chauffard trahi par sa plaque d’immatriculation

Un automobiliste qui a mis en péril la sécurité d’un père de famille et des occupants de son véhicule sur l’autoroute 10 à Sherbrooke a échoué dans sa tentative de faire annuler la contravention qui lui avait été imposée.

Le rejet de sa contestation devant la Cour du Québec en 2019 a été maintenu par la Cour supérieure au cours des derniers jours.

L’automobiliste sera donc tenu de payer la contravention de 1000 $, et quatre points d’inaptitude seront ajoutés à son dossier de conduite.

L’automobiliste contestait la fiabilité de la preuve d’identification qui a mené à l’imposition de la contravention contre lui, puis qui a servi à le faire condamner devant le tribunal.

L’automobiliste fautif avait été retrouvé grâce à sa plaque d’immatriculation dont le numéro avait été relevé lors de l’infraction. Il avait ensuite été identifié avec une parade de photos.

C’est un père de famille au volant de son VUS à laquelle une remorque était attachée qui a subi les foudres de l’automobiliste.

Ce dernier n’a pas aimé que le père de famille ne se déplace pas dans la voie de gauche, qui était occupée par un autre véhicule, lorsqu’il a tenté d’accéder à l’autoroute 10 en juin 2017 à Sherbrooke.

L’automobiliste au volant de son véhicule Volkswagen a accéléré pour rejoindre le VUS. Visiblement mécontent de la situation, il a commencé à gesticuler en le regardant. Il s’est ensuite placé devant le VUS qui transportait une roulotte avant de freiner brusquement devant lui.

Le conducteur du VUS a évité de justesse le véhicule Volkswagen en freinant si brusquement que sa roulotte a fait une mise en portefeuille. Le véhicule Volkswagen a réalisé un deuxième freinage brusque devant le VUS avant de faire un doigt d’honneur au conducteur et de prendre la fuite.

Malgré la peur devant cette situation, le père de famille et sa conjointe ont mémorisé le numéro de plaque d’immatriculation et ont averti la Sûreté du Québec par le 9-1-1.

Des démarches ont été faites par le corps policier afin de trouver une photo du chauffard. Une parade de huit photos pour identifier le suspect avait été préparée.

« L’infraction est minutieusement décrite par le conducteur du VUS, dont la crédibilité n’est pas entachée, et aucune preuve contraire n’est administrée. L’identification de l’appelant résulte non seulement d’une parade photographique réalisée sans anomalie importante, conformément à la plupart des recommandations élaborées et suivies par les tribunaux supérieurs, mais aussi d’une enquête policière qui relie le véhicule utilisé pour commettre l’infraction à l’appelant, le propriétaire, qui de surcroît demeure dans le secteur et y circule fréquemment au quotidien », conclut le juge Sylvain Provencher de la Cour supérieure qui a rejeté l’appel du conducteur du véhicule Volkswagen.