Une de deux roues du train d’atterrissage principal gauche de l’appareil Dash 8-300 s’est détachée au moment du décollage.

Un avion perd une roue au décollage d'un vol Montréal-Saguenay

Un avion d’Air Canada Express exploité par Jazz Aviation qui effectuait le trajet entre Montréal et Saguenay a dû faire demi-tour, vendredi après-midi, après qu’une roue d’un des trois trains d’atterrissage se soit détachée.

Une des deux roues du train d’atterrissage principal gauche de l’appareil Dash 8-300 s’est détachée au moment du décollage à l’aéroport international Pierre-Elliott-Trudeau de Montréal. Des vidéos circulant sur les réseaux sociaux ont permis de constater la présence de flammèches au centre de la roue avant que celle-ci se détache.

« Les pilotes d’expérience ont conservé la maîtrise totale de l’avion. Nos pilotes sont dûment formés pour faire face à de telles situations et ont réagi conformément à nos procédures d’utilisation normalisées. Après avoir volé pour consommer du carburant, les pilotes ont repris la direction de Montréal, où ils ont posé l’avion en toute sécurité », a expliqué dans une communication écrite Manon Stuart, chef de service - Communications de l’entreprise et Services linguistiques chez Jazz Aviation.

 L’Almatoise Line Bourdeau a vécu, à partir du Saguenay, cette situation qui aurait pu se conclure sur une note dramatique. Lorsque sa fille prend l’avion, elle a l’habitude de suivre le vol en temps réel à partir de son cellulaire. C'est ce qu'elle a fait, vendredi. « L’avion ne cessait pas de tourner en rond au-dessus de l’aéroport de Montréal. Le retard passait de 25 minutes, à 30 minutes et à 40 minutes. Je me disais qu’il y avait quelque chose de pas normal. Lorsque j’appelais à Bagotville, l’appel robotisé disait que l’avion était même en avance. Je me disais que ça ne se pouvait pas », a-t-elle raconté au Quotidien.

Lors de son arrivée à l’Aéroport Saguenay-Bagotville afin de retrouver sa fille qui revenait de Floride, un douanier a annoncé un retard de deux heures alors que d’autres membres du personnel mentionnaient un changement d’avion et d’équipage ainsi qu’un retour à Montréal pour le vol dans lequel sa fille prenait place. Line Bourdeau souligne avoir eu très peu de réponses à ses questions.

Sa fille a raconté que l’avion a consommé du carburant, pendant près de 90 minutes, en volant entre les villes de Montréal et d'Ottawa. Elle a tenu à souligner le bon travail de la pilote qu’elle connaissait ainsi que du reste du personnel. Selon ce qu’elle rapporte, l’agente de bord a également effectué un travail remarquable alors que la situation d’urgence s’est déroulée dans le calme.

Les véhicules d’urgence ont été appelés par mesure de précaution à l'atterrissage de l'appareil à Montréal.

Les 49 passagers ainsi que les trois membres d’équipage qui prenaient place à bord du vol d'Air Canada Express n’ont pas été blessés. La chef de service - Communications de l’entreprise et Services linguistiques chez Jazz Aviation précise que les véhicules d’urgence ont été appelés par mesure de précaution soulignant que la sécurité des passagers et de l’équipage est une priorité absolue.

Un autre avion ainsi qu’un autre équipage ont été dépêchés sur place afin d’amener la cinquantaine de personnes à l'Aéroport Saguenay-Bagotville avec quelques heures de retard.

Jazz Aviation assure que le personnel de maintenance mènera une inspection de l’appareil afin de déterminer l’origine du problème en plus de procéder aux réparations nécessaires.

Une de deux roues du train d’atterrissage principal gauche de l’appareil Dash 8-300 s’est détachée au moment du décollage à l’aéroport international Pierre-Elliott-Trudeau de Montréal.