Les aventures de Dominique Senay, Raphaël Goyette, Dimitri et Éliote se retrouveront sur le blog « Voir le monde en famille ».

Un an sur la route en famille

Dominique Senay, Raphaël, Éliote et Dimitri Goyette s’apprêtent à lever les voiles. Le 11 juillet prochain, ils seront dans l’avion qui les amènera en Espagne. De là, ils entameront un périple de l’Europe occidentale jusqu’en Asie, en passant par l’Europe de l’Est et l’Afrique.

« Espagne, Portugal, France, Belgique, Maroc, Tanzanie, Népal, Combodge... » Raphaël Goyette et sa conjointe Dominique Senay énumèrent les pays qu’ils aimeraient visiter avec un calme déconcertant.

Dans un peu plus de deux semaines, ils s’envoleront avec leurs enfants Dimitri et Éliote vers Barcelone, d’où débutera leur périple en famille.

Pendant un an, la petite famille prévoit vagabonder à travers le monde sur trois, peut-être quatre continents. D’ici leur départ le 11 juillet prochain, ils s’affairèrent à préparer et régler moult détails pour pouvoir partir l’esprit en paix.

« Le voyage me stresse bien moins que les préparatifs », avoue Dominique Senay qui, comme son conjoint, est orthopédagogue à la commission scolaire Val-des-Cerfs.

Aventure

Si le couple est aussi calme à l’idée de partir avec deux jeunes enfants, c’est notamment parce qu’ils ont déjà tenté l’aventure d’un premier voyage familial il y a quatre ans.

« Nous sommes partis pendant cinq mois en Asie. À la base, on avait seulement réservé la première nuit à Bangkok. Ce fut une super aventure, les enfants nous parlent tous les jours du voyage ! », souligne Raphaël Goyette.

Ce dernier le reconnaît, il avait surpris quelques proches lorsque le couple s’était embarqué dans ce premier périple.

« Peut-être que les gens nous ont trouvé insouciants : ils nous ont dit qu’on était “braves”. La vérité, c’est que ce n’est pas plus difficile voyager avec des enfants. Ça demande seulement un peu plus de préparations », témoigne M. Goyette.

De la préparation et un rythme adapté. Le couple ralentit les déplacements et prend du temps de repos, lorsque nécessaire.

« C’est certain qu’on ne voyage pas à la même vitesse que si on était seulement nous deux, explique Raphaël. Lorsque les gars commencent à être fatigués, on s’arrête un peu. Hôtel-piscine-plage, c’est la recette. »

Rencontres

En plus de ne pas être « si compliqués » aux dires de Raphael, les voyages en famille ont l’avantage d’être une source de rencontres inattendues. Leur motivation première à voyager.

« Lors du premier voyage, nous avons rencontré une famille de Malaisie qui voyageait avec leur petite fille. Finalement, on a poursuivi notre visite du Cambodge avec eux », explique Raphaël.

Au Vietnam, Dimitri et Éliote ont attiré l’attention des locaux qui « faisaient la file pour se prendre en photo avec la famille », témoigne Raphaël Goyette.

Les deux parents s’attendent à ce que la présence des enfants ait encore le même effet cette année.

« On a quand même des consignes pour que tout se passe bien, ajoute Dominique Senay. Par exemple, ils n’ont pas le droit de nous lâcher la main quand on est dans un marché. Ils auront un collier avec nos coordonnées s’ils se perdent et un sifflet au cou. »


« C’est certain qu’on ne voyage pas à la même vitesse que si on était seulement nous deux. Lorsque les gars commencent à être fatigués, on s’arrête un peu. Hôtel-piscine-plage, c’est la recette. »
Raphaël Goyette

Évidemment, le couple se garde la marge de manœuvre nécessaire pour modifier leur trajectoire s’ils croient que leur sécurité ne sera pas assurée dans certaines régions.

École sur la route

L’un des éléments nouveaux de cette seconde aventure du clan sera la nécessité de continuer l’école pendant le voyage. Lors du premier périple, les enfants âgés de 3 et 5 ans n’avaient pas encore commencé l’école.

« On fera en moyenne une heure à deux heures d’école par jour. Probablement le matin avant de partir. On va également rentabiliser le temps dans les transports et l’attente au restaurant pour étudier. On a la chance, en travaillant dans le milieu, d’avoir pu trouver deux professeurs qui ont accepté de nous épauler », précise Dominque Senay.

Comment partir

Pour Raphaël et Dominique, ce voyage qu’ils s’apprêtent à débuter n’est pas une chance. « Lorsque les gens nous disent qu’on est chanceux et qu’ils auraient aimé faire pareil, je leur réponds qu’eux aussi peuvent faire le tour du monde en famille. Pour nous, c’est un rêve et on a simplement fait les démarches nécessaires pour y arriver. »

Pour eux, les démarches ont été de signer avec leur employeur pour un congé différé.

« Le plus dur, c’est de se commettre. Une fois que c’est signé, ça nous pousse naturellement vers le voyage. On sait d’avance qu’entre telle date et telle date nous serons en congés et il ne reste plus qu’à réserver l’avion. »

Voir le monde en famille

Pour les Senay-Goyette, les deux premiers mois du voyage en Espagne, au Portugal en France et en Belgique sont déjà réservés. Après, ce sera le goût de l’aventure qui prendra le dessus. « On a une idée des pays que l’on souhaite visiter. Il y a même des membres de nos familles qui vont nous rejoindre en cours de route, mais on laisse de la place aux imprévus », souligne Raphaël Goyette.

Les aventures de la famille pourront être suivies sur le blog tenu par Raphaël Goyette « Voir le monde en famille ». Les deux garçons devraient également y contribuer.