Un agent touristique déconseille le Saguenay–Lac-Saint-Jean comme destination

Laura Lévesque
Laura Lévesque
Le Quotidien
Un agent touristique de Québec a créé un malaise en évoquant la tragédie de Saint-Henri-de-Taillon et des conditions « moins sécuritaires » à des touristes français qui devaient venir au Saguenay–Lac-Saint-Jean pour faire de la motoneige. De passage dans un bureau touristique de la Vieille Capitale, la semaine dernière, les Européens ont été surpris d’entendre de la bouche de l’agent que « ce n’était pas le bon moment » pour visiter la région.

Ces touristes ont fait des recherches supplémentaires et ont tout de même choisi de venir au Saguenay–Lac-Saint-Jean. « C’était dans leur plan de venir ici. Ils ont fait d’autres recherches et ils ont bien vu que c’était une destination sécuritaire », raconte le représentant d’une entreprise d’aventure qui a accueilli ces Européens dans les derniers jours. Il a dû rassurer les touristes sur la question de la sécurité.


« C’était dans leur plan de venir ici. Ils ont fait d’autres recherches et ils ont bien vu que c’était une destination sécuritaire. »
Le représentant d’une entreprise touristique

Une plainte a d’ailleurs été formulée à Tourisme Saguenay–Lac-Saint-Jean à ce sujet. Est-ce que l’agent a dénigré la région au profit d’un autre territoire ? Est-ce que l’agent a agi ainsi par manque d’informations sur la destination ? Impossible de savoir pour le moment.

« On prend l’information au sérieux et on va faire un suivi sur ce qui s’est dit, avec l’organisme concerné par la plainte. Mais nous traitons cette plainte en privée et avec diligence », exprime la directrice générale de Tourisme Saguenay–Lac-Saint-Jean, Julie Dubord.

Des agents qui répondent à la ligne téléphonique de Tourisme Saguenay–Lac-Saint-Jean sont de passage dans la région cette semaine pour mieux connaître les attraits. Ce sont des gens de l’extérieur de la région, bilingues, qui répondent aux questions concernant la destination. « Ils font plusieurs formations dans l’année et ils viennent également dans la région pour mieux se l’approprier », précise Mme Dubord. Ce n’est toutefois pas des agents téléphoniques qui ont conseillé les Français de ne pas venir au Saguenay–Lac-Saint-Jean.