Philippe Couture aimerait faire une chaîne d’échanges dans le but de se retrouver avec un autobus.

Troquer un Google Home pour un autobus

Inspiré par l’homme qui a troqué un trombone rouge sur internet jusqu’à obtenir une maison, Philippe Couture s’est donné le défi de faire quelque chose de semblable. Le Windsorois a mis sur le marché des échanges un Google Home et aimerait se retrouver avec un autobus scolaire de style « flatnose » pour le transformer en maison roulante.

M. Couture ne le cache pas, ce projet fait partie d’une crise de la quarantaine... débutée deux ans avant le temps. « J’ai décidé de me lancer d’une façon en lien avec la décroissance. Ça aurait été tellement facile de sortir mes CELI et d’acheter un autobus scolaire usagé pour le modifier. Ça se trouve pour pas trop cher. Mon but, c’est d’être capable de le faire sans acheter. Je veux être capable de le rénover en recyclant des matières gratuites. Je peux aller chercher du bois de palette, faire fondre des copeaux de plastiques pour les mouler, etc. Je veux m’amuser à créer et à être capable de faire des choses avec des matières résiduelles », dit le papa d’une petite fille de quatre ans.

« Mon objectif ultime est de vendre ma maison et éventuellement de m’acheter ou de me troquer une terre quelque part, me faire un petit garage et vivre là-dedans », continue-t-il.

Les recherches de Philippe Couture sont précises. Il aimerait avoir un autobus sans nez et un moteur Cummins. Le kilométrage et l’année de la machine ne comptent pas pour lui. « Je trouve les autobus flatnoses super beaux ! C’est un choix très esthétique et c’est plus facile à contrôler. Il y a également un peu plus de place à l’intérieur. Ça va générer un peu plus de complexité pour le modifier, mais il est un peu plus grand », indique-t-il, ajoutant que des gens de chez Tardif Diesel lui ont conseillé ce type de moteur, puisque les pièces de celui-ci se trouvent partout et sont moins dispendieuses.

Philippe Couture, qui a une formation de soudeur, prévoit de se servir de didacticiels disponibles sur YouTube pour transformer son autobus.

Google Home

M. Couture n’a pas encore échangé sa première pièce, un Google Home. Cependant, il a eu quelques propositions. « Je ne voulais pas partir trop bas. J’ai refusé quelques offres. Les propositions, c’était surtout des armes, des carabines ou des fusils de paintball. Je dis non, car les armes ne m’intéressent pas. Comme des jeunes me suivent sur Facebook, je ne veux pas lancer le mauvais message. Je veux y aller avec des objets qui vont marquer l’imaginaire, qui vont donner le goût aux gens », dit-il, visiblement motivé.

L’objectif de Philippe Couture est d’avoir son autobus en main cet été. « Mais je ne me mets pas de limite, précise-t-il. Je vais continuer jusqu’à ce que j’y arrive ! »

Quelques heures après sa création, la page Facebook Les Trocs du Barbu ! compte 160 membres. Les gens intéressés à troquer des articles ou des services peuvent lui écrire en message privé.

Il y a une douzaine d’années, un jeune homme originaire de Colombie-Britannique, Kyle MacDonald, avait attiré l’attention du monde entier en voulant prouver la puissance de l’internet avec un simple trombone rouge. Il l’a offert en échange contre un objet, puis d’un échange à l’autre, il est devenu propriétaire d’une maison en Saskatchewan.