Les trois prochains jours (1er, 2 et 3 juillet) seront les vrais tests des mesures sanitaires mises en place au Zoo de Granby, selon le directeur des opérations, Samuel Grenier. 
Les trois prochains jours (1er, 2 et 3 juillet) seront les vrais tests des mesures sanitaires mises en place au Zoo de Granby, selon le directeur des opérations, Samuel Grenier. 

Trois journées achalandées à prévoir au Zoo de Granby

Le Zoo de Granby devrait reprendre son erre d’aller au cours des prochains jours. « Il y a un changement dans le comportement des gens », note le directeur des opérations, Samuel Grenier.

Les activités ont repris depuis lundi au parc aquatique de l’Amazoo et au parc des manèges du Zoo sans anicroche, bien que l’achalandage y fut plutôt limité, avec 600 visiteurs lundi et 1200 le lendemain.

Samuel Grenier, directeur des opérations du Zoo de Granby

Ces chiffres s’expliquent par la météo, indique le directeur des opérations, en marge de la journée fériée de la fête du Canada, lui qui s’attend à ce que l’achalandage du parc zoologique soit quasiment à capacité maximale jusqu’au vendredi 3 juillet. « On va avoir notre vrai test, autant pour le Zoo, que pour le parc aquatique et le parc des manèges. Les gens sont davantage au courant que nous sommes ouverts et que l’ensemble de l’offre est disponible. En même temps, la température est de notre côté », poursuit-il.

Les billets doivent être achetés en ligne avant la visite, mais ce n’est qu’une personne sur deux qui profite de l’incitatif de 3$ de rabais en prévoyant sa visite 48 heures à l’avance, ce qui ne permet pas de prédire avec exactitude l’achalandage à venir, explique Samuel Grenier.

Mesures respectées

Les visiteurs ont été, jusqu’à présent, très compréhensifs face aux mesures de sécurité mises en place. « C’est certain qu’il y a un peu d’attente à certains endroits, puisqu’on doit contrôler l’entrée de chacun des bâtiments intérieurs sur le site », reconnaît le directeur des opérations.

La mesure la plus « particulière » concerne la piscine à vague. « Il y a une clôture qui délimite l’entrée et on va désigner une personne pour gérer le nombre d’usagers sur place, ce qui n’a pas encore été nécessaire lors des derniers jours. Nous avons aussi limité la grosseur des vagues pour limiter les contacts entre les gens », indique Samuel Grenier.

Les manèges sont quant à eux soumis à un protocole de désinfection après chaque utilisation.