Le coloré chef Stéphane Modat succède à Colombe Saint-Pierre (restaurant Chez Saint-Pierre, au Bic), qui avait été la toute première lauréate du titre de chef de l’année au gala des Lauriers, le printemps dernier.

Stéphane Modat nommé chef de l’année

À la barre du restaurant Champlain du Château Frontenac depuis six ans, Stéphane Modat a été sacré lundi soir chef de l’année par ses pairs lors du 2e gala des Lauriers de la gastronomie.

Cette grande célébration qui récompense les professionnels de l’industrie québécoise de la gastronomie à réuni quelque 1000 personnes à l’Arsenal, dans la métropole, avec Christian Bégin à l’animation.

Le coloré chef Modat succède donc à Colombe Saint-Pierre (restaurant Chez Saint-Pierre, au Bic), qui avait été la toute première lauréate du titre de chef de l’année au gala des Lauriers, le printemps dernier. Stéphane Modat s’est ainsi distingué parmi les 10 chefs en nomination, dont une majorité dans la région montréalaise : Emma Cardarelli (Elena), John Winter Russell (Candide), Marc-André Jetté (Hoogan et Beaufort), Marie-Fleur St-Pierre (Mesón), Olivier Perret (Renoir), Simon Mathys (Manitoba) et Vincent Dion Lavallée (La Cabane d’à côté). Les régions de Charlevoix et du Bas-Saint-Laurent étaient également représentées avec les chefs Émile Tremblay (Les Faux Bergers, à Baie-Saint-Paul) et Pierre-Olivier Ferry (Jardins de Métis, à Grand-Métis).

Originaire de Perpignan, dans le sud de la France, Stéphane Modat a fait ses classes dans de prestigieux établissements français avant de s’établir au Québec il y a 18 ans. Il a d’abord travaillé aux côtés d’Yvan Lebrun, du restaurant Initiale, puis est devenu chef et cofondateur du réputé restaurant Utopie, qui avait pignon sur rue dans le quartier Saint-Roch. Depuis 2009, il s’est consacré à des travaux de création culinaire avec le sommelier et «créateur d’harmonies» François Chartier (Papilles et Molécules). Puis, en 2013, le chef Modat a pris la relève de Jean Soulard à la tête des cuisines du Château Frontenac — où son prédécesseur a œuvré durant une vingtaine d’années.

L'épicurien Christian Bégin était en charge de l'animation du gala.

Mon Lapin, restaurant de l’année

Dans la catégorie du restaurant de l’année, c’est le bar à vin Mon Lapin, au cœur de la Petite-Italie à Mont­réal, qui a été sacré grand gagnant. Il succède à l’établissement Le Mousso — dont le chef Antonin Mousseau-Rivard avait orchestré tout un festin pour les convives à la suite de la remise des prix, lundi soir. Rappelons que le restaurant Battuto du chef Guillaume St-Pierre, dans la capitale, était également en lice parmi les 10 finalistes, de même que les Faux Bergers à Baie-Saint-Paul et Côté Est à Kamouraska.

Yann Latouche et Esther Péloquin-Bourret (au centre), président et chargée de projet chez EvenTouch, ont reçu le Laurier de l'événement gastronomique de l'année pour le Foodcamp de Québec.

Le Foodcamp de Québec se distingue

Le Laurier de l’événement gastronomique de l’année a été décerné à un événement de la capitale, le Foodcamp, dont la 8e édition a été présentée il y a un mois à peine au Château Frontenac. On y rassemble pendant deux jours de grands noms de la gastronomie qui viennent transmettre leur savoir aux nombreux épicuriens participants, qui peuvent aussi découvrir de nouveaux produits grâce à la trentaine de producteurs sur place.

Les Lauréats ont été sélectionnés grâce au vote des membres de la Brigade — un réseau rassemblant près de 4000 professionnels de l’industrie issus de tous les métiers et des quatre coins du Québec — et à celui du jury officiel.

Au cours du gala, l’animateur Christian Bégin a en outre rendu hommage aux grands disparus de la dernière année dans le monde de la gastronomie, dont Paul Bocuse, Joël Robuchon, Anthony Bourdain et la regrettée critique gastronomique du Soleil, Stéphanie Bois-Houde.

La lauréate du titre de chef de l'année l'an dernier, Colombe Saint-Pierre (à l'arrière), a remis son prix à Stéphane Modat.

+

LISTE DES 17 PRIX REMIS

  • Chef de l’année: Stéphane Modat (Champlain, Québec)
  • Restaurant de l’année: Mon Lapin (Montréal)
  • Laurier du public: Ricardo
  • Révélation de l’année: Benjamin Mauroy-Langlais (Le Petit Mousso, Montréal)
  • Sommelière de l’année: Véronique Rivest (Soif Bar à Vin, Gatineau)
  • Chef pâtissière de l’année: Stéphanie Labelle (Pâtisserie Rhubarbe, Montréal)
  • Boulanger de l’année: Jochen Niemand (Boulangerie Niemand, Kamouraska)
  • Mixologue/bartender de l’année: Émile Archambault (Le Petit Mousso, Montréal)
  • Laurier hommage: Jean-Paul Grappe
  • Prix du service en salle: Denis Lessard (Le Serpent, Montréal)
  • Food Truck de l’année: Grumman’78 (Montréal)
  • Producteurs de l’année: Suzanne Dufresne et Daniel Gosselin (Au Gré des Champs, Saint-Jean-sur-Richelieu)
  • Artisans de l’année: Michael Marler et Véronique Hupin (Les Pervenches, Farnham)
  • Entreprise de l’année: Fourchette Bleue
  • Prix du rayonnement de la culture culinaire: David McMillan et Frédéric Morin
  • Événement gastronomique de l’année: Foodcamp (Québec)
  • Prix du tourisme gourmand: Jardins de Métis (Grand-Métis)