La protection des emplois est une priorité pour les Canadiens, selon un sondage réalisé par Recherche Mainstreet sur les politiques étrangères du Canada.

Sondage Mainstreet: les Canadiens veulent protéger les emplois

La protection des emplois est la priorité numéro un des Canadiens en matière de politique étrangère, révèle un sondage Recherche Mainstreet — Groupe Capitales Médias.

Plus de trois quarts des répondants (75,9 %) au coup de sonde mené par téléphone auprès de 7941 Canadiens, entre le 12 et le 19 janvier derniers, ont identifié cet enjeu comme priorité.

Les mesures pour protéger le pays contre le terrorisme (61,8 %) ainsi que la promotion des entreprises et des intérêts économiques à l’étranger (59,6 %) arrivent respectivement en deuxième et troisième place des priorités des Canadiens au chapitre de la politique extérieure du pays.

« Les enjeux économiques sont une préoccupation de premier plan des Canadiens en matière de politique étrangère en ce début d’année », a noté le président et chef de la direction de Recherche Mainstreet, Quito Maggi.

Les répondants du Québec (58,7 %) et de la Colombie-Britannique (54,6 %) ont été les moins enclins à citer la protection du Canada contre le terrorisme comme étant la priorité en matière de politique étrangère. Les Albertains (71,1 %) ont été les plus nombreux à dire qu’il s’agit d’un dossier prioritaire.

L’enquête indique aussi que de plus en plus de Canadiens pensent que la réduction de l’immigration illégale devrait être une priorité, mais en revanche, ils ne veulent pas voir une réduction de l’immigration légale, a ajouté M. Maggi.

D’ailleurs, le Québec se démarque des autres régions canadiennes quant à l’importance d’attirer des travailleurs qualifiés d’autres pays. Les répondants québécois au sondage sont les seuls parmi les régions du pays à avoir élevé cette catégorie d’enjeux dans le Top 3 des priorités en matière de politique étrangère. Soixante pour cent des Québécois interrogés croient qu’il s’agit d’une priorité, comparativement à 40,7 % des Ontariens et à 32,9 % des Albertains.

Le Québec se démarque des autres régions canadiennes quant à l’importance d’attirer des travailleurs qualifiés d’autres pays.

Le président de la division québécoise de Recherche Mainstreet, Luc Fortin, rappelle qu’il y a un grand débat au Québec sur la pénurie de main-d’œuvre et les seuils d’immigration.

« Les Québécois sont conscients qu’il faut avoir des travailleurs étrangers pour combler des emplois disponibles. C’est pourquoi ce sujet est identifié comme étant une priorité à 60 %, et ce n’est pas le cas dans le reste du Canada », a-t-il expliqué.

Alors que le Canada est en année électorale fédérale, le sondage décline aussi les priorités selon les allégeances politiques des répondants. Par exemple, la protection du pays contre le terrorisme est une plus grande priorité pour les conservateurs (77,6 %) et les militants du Parti populaire de Maxime Bernier (69,3 %) que pour les libéraux (54,3 %).

Près de trois quarts (74,9 %) des répondants d’allégeance conservatrice disent que la réduction de l’immigration illégale est une priorité comparativement à 32,5 % chez les répondants libéraux.

Les néo-démocrates (63,6 %) sont ceux qui considèrent le plus l’aide aux réfugiés fuyant la violence dans le monde comme étant une priorité. À l’opposé, les conservateurs sont les moins nombreux (23 %) à citer ce dossier comme étant prioritaire.

Les libéraux sont davantage centrés sur les dossiers en matière de politique étrangère que le sont les partisans des autres formations politiques, a observé Recherche Mainstreet, alors que plus de 50 % des répondants d’allégeance libérale ont cité six des huit énoncés énumérés dans le sondage comme étant prioritaires.

Le sondage a une marge d’erreur de plus/moins 1,1 %, 19 fois sur 20.