Deux jeunes femmes de Granby se retrouvent devant les tribunaux pour avoir saccagé et volé le condo qu’elles avaient loué sur la plateforme de partage Airbnb.

Son condo volé et saccagé par deux locataires d’Airbnb

Deux jeunes femmes de Granby se retrouvent devant les tribunaux pour avoir saccagé et volé le condo qu’elles avaient loué sur la plateforme de partage Airbnb.

Alyson Jalbert-Lamoureux et Carolane Mallet, 21 ans, sont accusées d’un vol de plus de 5000 $ et de recel des objets volés dans un condo de la rue Triest qu’elles avaient réservé entre le 4 et le 6 janvier 2019.

« Lorsque je suis passée devant mon condo, la fenêtre était grande ouverte en plein mois de janvier. La porte était débarrée. À l’intérieur c’était le bordel. Elles avaient fouillé dans le garde-manger et elles avaient volé plusieurs objets », explique la propriétaire des lieux en entrevue avec La Tribune.

Cette dernière, qui gardait des équipements d’esthétique dans son logis, a constaté que les deux locataires de passage s’étaient servies et qu’elles avaient pigé dans tous ses objets de valeur allant des vêtements, aux sacs à main en passant par les appareils électroniques.

Selon le Service de police de Sherbrooke, le montant du vol s’élève à plus de 10 000 $. « Le pire, c’est que l’une des deux filles a mis mes objets en vente sur Facebook. Elles avaient pris les taies d’oreiller pour mettre des choses dedans pour les voler », signale la victime des deux voleuses alléguées.

C’était la deuxième fois que la Sherbrookoise louait son condo sur la plateforme Airbnb. « J’avais même parlé avec la jeune femme avant qu’elle arrive chez moi. Elle était censée venir ici seule, mais son amie est arrivée avec elle. Elle m’avait dit de ne pas m’inquiéter. Je suis retournée par hasard sur son profil Airbnb, mais il avait été modifié. Elle ne répondait plus à mes messages. C’est là que j’ai eu un doute, puis que je suis allée voir ce qui se passait », mentionne la victime.

« Incroyablement rare »

C’est une enquête du SPS qui a permis de remonter jusqu’aux deux accusées qui reviendront devant le tribunal en novembre. Près de 90 pour cent des objets volés ont été retrouvés. « L’état de mes affaires n’est plus le même. Mes choses sentent la cigarette. Je souhaite seulement qu’elles soient condamnées pour ce qu’elles ont fait », signale la Sherbrookoise qui préfère ne pas être identifiée.

Cette dernière soutient avoir été dédommagée par Airbnb pour les dommages subis.

Dans un échange de courriels avec La Tribune, Airbnb rappelle que le partage responsable est essentiel.

« Pour la communauté Airbnb, le partage responsable du logement est essentiel. Il assure confiance et sécurité aux hôtes, aux voyageurs et aux communautés dans lesquelles nous sommes présents. À ce jour, nous avons accueilli plus d’un demi-milliard d’invités et les incidents négatifs sont incroyablement rares », soutient la porte-parole de Airbnb, Lindsey Scully.

Les hôtes sont protégés par une garantie contre les dommages allant jusqu’à 1 million $ sans frais ainsi que d’une protection de la même ampleur aux hôtes qui hébergent des voyageurs, en cas de réclamations de tiers pour des dommages matériels ou des lésions corporelles.

Airbanb assure que les risques liés à chaque réservation sont évalués.

« Afin d’empêcher d’emblée les “mauvais joueurs” d’avoir accès à notre plateforme, nous évaluons à l’avance les risques liés à chaque réservation sur Airbnb. Nous disposons d’un système de détection qui s’appuie sur l’apprentissage automatique et l’analyse prédictive pour mesurer en temps réel des centaines de facteurs à signaler et bloquer toute activité suspecte. Lorsque nous détectons un comportement préoccupant, notre équipe met en œuvre diverses mesures, notamment le retrait complet d’un utilisateur de la plateforme. »