Au lendemain de son 80e anniversaire, Hervé Leblanc va courir le marathon de Boston.

S’offrir le Marathon de Boston pour ses 80 ans!

Au lendemain de son 80e anniversaire, Hervé Leblanc s’offre lundi le plus beau des cadeaux sportifs : courir le Marathon de Boston.

Comme emballage, il aimerait franchir les 42,195 km séparant la municipalité de Hopkinton de la rue Boylston, au centre-ville de Boston, en moins de quatre heures. «J’aimerais faire 3:59:59. Ce serait bien!» a confié au Soleil le résident de New Richmond, en Gaspésie, plus tôt cette semaine.

Ce serait une première dans sa longue vie d’athlète, mais aussi dans sa courte carrière de coureur. Car Leblanc ne s’adonne à la course à pied que depuis trois ans. Ce sera son quatrième marathon, après avoir réalisé des temps de 4h22 min à Rimouski, en 2017, 4h14 min à Ottawa, en 2018, et 4h4 min l’automne dernier, encore à Rimouski.

«Dans mon groupe d’âge, ils demandaient 4h40 pour se qualifier pour Boston. J’ai pris mon temps le plus rapide, à Rimouski. Mais j’avais de l’avance», laisse-t-il tomber, comme une évidence.

À 80 ans, Leblanc sera assurément le plus âgé des 451 Québécois à prendre le départ lundi matin. Cinq autres participants ont le même âge, quatre hommes et une femme, tandis que le peloton de près de 32 000 coureurs comptera 15 octogénaires.

Son secret? Toujours vouloir s’améliorer. «Je n’ai pas vraiment de secret», insiste-t-il. «J’ai toujours aimé le sport. Quand j’en adopte un, je deviens passionné et j’essaie toujours de m’améliorer en technique. Tout ce que j’entreprends dans le sport, je veux aller chercher le meilleur», résume simplement cet ancien mécanicien de machinerie lourde.

S’il a jadis évolué dans une ligue de hockey pour old timers, son sport de prédilection a longtemps été le ski de fond. Il a suivi la première vague du ski de fond au Québec au début des années 1970, s’adonnant à ce sport de glisse durant 45 ans, jusqu’à sa retraite il y a deux ans. Leblanc a participé au Marathon canadien de ski de fond dans l’Outaouais durant plus de 30 ans.

Aussi du vélo de montagne depuis les années 1990, sous l’impulsion de son fils, Michel Leblanc, renommé entraîneur, entre autres de Marie-Hélène Prémont, ancienne championne du monde et vice-championne olympique en cross-country.

Le spécialiste des sports d’endurance a aussi expérimenté la marche athlétique (ou rapide) aux côtés de nul autre que le légendaire Marcel Jobin, avec qui il a participé aux Championnats du monde des maîtres à Sacramento, en 2011. «Ça m’intriguait de savoir comment ils font ça», donne-t-il comme seule explication.

Et maintenant, la course.

«Il n’y a pas beaucoup de monde qui encore le goût de s’entraîner à 80. Aussi, plusieurs ont beaucoup couru dans leur vie et la machine commence à être usée. Moi, j’ai fait beaucoup plus de ski de fond que de course à pied, alors la glisse c’est plus doux pour les articulations. J’essaie de prendre la bonne technique», explique celui qui s’estime «encore très en forme» et surtout dépourvu de toute blessure ou pilule.

La barre est haute!

Ses deux enfants l’accompagnent à Boston, mais seulement pour le conduire et l’encourager. Fiston Michel constate que le paternel est dans une catégorie à part.

«Il place la barre haute! Pas sûr que je vais faire ça à 80!» admet le professeur d’éducation physique au Cégep de Sainte-Foy, en plus d’être entraîneur de vélo de montagne à temps perdu.

«Mon père a commencé la course à pied il y a juste trois ans, mais ça va au-delà de ça. La course, c’est dur pour les hanches, les genoux, les chevilles, mais les blessures ne semblent pas avoir d’emprise sur lui!»

«On va voir de plus en plus de gens comme ça, avancés en âge et très en forme», croit Michel Leblanc, citant en exemple le cycliste français Robert Marchand, auteur du record du monde de l’heure pour les plus de 100 ans en 2012 et champion du monde des plus de 105 ans, en 2017.

+

COURIR LE MARATHON À 80 ANS... ET PLUS

  • Plus vieux à finir Boston: À 87 ans Jerzy Kuszakiewicz (Texas), en 2002, en 5h19 min
  • Plus vieille à finir Boston: À 85 ans, Katherine Beiers (Californie), en 2018, en 7h50 min
  • Record 80 ans et + à Boston: En 3h53 min 54 s, Harold Wilson (Texas) à 80 ans, en 2013
  • Plus vieux vainqueur à Boston: À 41 ans, Clarence DeMar (Ohio), en 1930, en 2h34 min 48 s. Sa septième et dernière victoire, record encore inégalé.
  • Record du monde 80 ans et +: En 3h15 min 50 s, Ed Whitlock (Ontario) à 80 ans, en 2011, à Toronto
  • Plus vieux marathonien au monde: À 100 ans, Fauja Singh (Angleterre), en 2011, à Toronto, en 8h11 min. Ce record n’a toutefois jamais été reconnu par le Livre des Records Guinness faute de preuve officielle qu’il était vraiment né en 1911.

Sources : BAA.org, Boston.com, WashingtonPost.com, MarathonGuide.com, Wikipedia.org

+

ÉCLIPSE PARTIELLE

Le Marathon de Boston est le plus vieux marathon annuel au monde et en sera à sa 123présentation depuis 1897. Lors de la naissance de Hervé Leblanc, en avril 1939, l’événement en était déjà à sa 43édition. Cette année-là, une éclipse partielle du soleil a jeté une ombre sur la deuxième victoire d’Ellison «Tarzan» Brown, alors premier à réaliser un chrono inférieur à 2h30 sur le nouveau parcours allongé depuis 1927. La course avait réuni 215 coureurs.

+

DES VAINQUEURS QUÉBÉCOIS

En 1940, le Québécois Gérard Côté, natif de Saint-Barnabé-Sud, remporte la première de ses quatre victoires. La proximité géographique entre le Québec et Boston a vite créé un lien étroit avec les coureurs de la Belle Province, Côté étant déjà le troisième Québécois à remporter les grands honneurs à Boston après Édouard Fabre (1915) et Walter Young (1937). Chez les femmes, Jacqueline Gareau (1980) est plus tard passée à l’histoire pour sa victoire volée par Rosie Ruiz, tandis qu’André Viger (1984, 1986 et 1987) y a brillé en fauteuil roulant.

+

DE 17 À 38 708

Alors qu’on attend près de 32 000 coureurs ce lundi, 451 proviendront du Québec. Le record de participation de l’événement date du 100e en 1996, soit 38 708 concurrents. Première fois aussi que la barre des 10 000 coureurs était franchie. L’an dernier, 25 907 des 30 088 inscrits ont franchi le fil d’arrivée. Loin est le temps où seulement 17 braves s’étaient présentés à la ligne de départ, en 1899, en baisse des 18 et 24 inscriptions enregistrées lors des deux premières années du marathon. Le millier de concurrents a été atteint en 1968, avec 1014.

+

3E LUNDI D'AVRIL

Le Marathon de Boston s’est toujours tenu le Jour des Patriotes, qui commémore les batailles de Lexington et de Concord livrées en 1775, dans la région de Boston. Cette journée fériée d’État au Massachusetts et au Maine était à l’époque célébrée le 19 avril, jour exact des batailles en question. En 1969, on a changé pour le troisième lundi d’avril.