Sentence suspendue pour un homme de 71 ans qui avait foncé sur une signaleuse routière

TROIS-RIVIÈRES — Louis-Daniel Dufresne, un homme de 71 ans qui avait foncé sur une signaleuse routière, a finalement bénéficié d’une sentence suspendue dans le cadre d’une probation de deux ans.

Le tribunal a en effet entériné, lundi, la suggestion commune de sentence soumise par la procureure de la Couronne, Me Martine Tessier et l’avocat de la défense, Me Louis R. Lupien. M. Dufresne devra cependant respecter plusieurs conditions dont celles de ne pas communiquer avec la victime et de garder la paix. Il devra aussi lui verser un dédommagement de 500 $.

Le 28 juin 2018, il avait été intercepté par la signaleuse qui lui refusait l’accès à une section du boulevard Thibeau en raison de travaux. Elle lui avait demandé de faire un détour mais il avait refusé d’obtempérer. Non sans l’avoir insultée, il avait appuyé sur l’accélérateur et foncé sur elle pour poursuivre son chemin. Elle avait tout juste eu le temps de s’écarter. La voiture de M. Dufresne avait cependant accroché au passage le drapeau qu’elle tenait à la main, ce qui lui avait causé une entorse du poignet et un arrêt de travail. Il avait donc été accusé de voies de fait armées avec une voiture et de conduite dangereuse.

Il a plaidé coupable au chef de voies de fait armées porté par procédure sommaire. Il y a par contre eu un arrêt des procédures sur le chef de conduite dangereuse, de sorte qu’il garde son droit de conduire.

La particularité dans cette affaire est que M. Dufresne est un homme de 71 ans qui souffre de problèmes de santé physique et psychologique. Dans ses plaidoiries, Me Lupien a notamment rappelé que son client était un vétéran de la guerre du Vietnam. Il souffre d’ailleurs d’un choc post-traumatique et doit consulter un psychiatre.

Rappelons également que Louis-Daniel Dufresne a déjà bénéficié dans le passé d’une absolution conditionnelle pour avoir proféré des menaces de mort à des employés de la cour municipale de Trois-Rivières en octobre 2017.