Sébastien Roulier veut pousser son ami Samuel Camirand sur 100 km, à la mi-septembre.
Sébastien Roulier veut pousser son ami Samuel Camirand sur 100 km, à la mi-septembre.

Roulier et Camirand visent les Records Guinness

Sébastien Lajoie
Sébastien Lajoie
La Tribune
Sébastien Roulier tentera d’inscrire un nouveau record Guinness, à la mi-septembre, alors qu’il poussera son ami Samuel Camirand dans un fauteuil Kartus, sur une distance de 100 km.

La course empruntera le trajet du 100 km du MRSQ avec un départ sur la rue Sherbrooke à Montréal à la hauteur du Stade Olympique pour se terminer au sommet du Mont Royal au belvédère Kondiaronk après avoir parcouru les berges du fleuve jusqu’au village de Pointe Claire. 

« Avec cette course de 100 km, nous voulons inscrire nos noms dans le livre des Records Guinness. La catégorie 100 km en duo n’existe pas encore. Nous allons accumuler toutes les preuves pour faire approuver le record. La course aura lieu le 12 ou 13 septembre à 6 h du matin. Nous allons choisir la journée selon la météo car il faut bien réaliser que Samuel sera assis dans le fauteuil Kartus durant près de 12 heures », explique l’athlète, ex-détenteur des records Guinness sur demi-marathon et marathon en duo. 

« Samuel et moi devions faire le Marathon de Boston en avril ainsi que le 100 km du Mount Royal Summit Quest (MRSQ) en juin. Deux courses qui ont été annulées. C’est pourquoi, j’ai exploré la course différemment cet été avec plusieurs sorties de fastpacking (rando-courses) au Québec. J’avais tout de même en tête de réaliser une course en duo avec Samuel », relate le pédiatre de 46 ans. 

Samuel est atteint d’une maladie neurodégénérative, l’ataxie de Friedreich. 

Avec Sébastien comme coureur, le duo a déjà détenu le record Guinness sur la distance du demi-marathon en 2018. Ils se sont qualifiés pour le Marathon de Boston lors du Marathon de Montréal en septembre 2019 avec un chrono de 3 h 13. 

« J’ai exploré la course de bien des façons. La course en duo c’est une belle façon de partager ma passion. Mais, Samuel sera d’une grande aide dans ce défi. C’est une inspiration pour moi. Malgré sa maladie, il se lance dans de multiples aventures : voyages, crowd surfing, courses à obstacles. C’est un battant qui trouve le positif dans toutes les épreuves qu’il vit. Et je ne veux pas remettre cette course à plus tard. C’est maintenant qu’elle doit avoir lieu. On ne sait jamais comment la maladie pourrait évoluer », raconte celui qui a représenté le Canada lors de 5 Championnats Mondiaux. 

Un autre duo prendra le départ avec Samuel et Sébastien et les accompagnera sur quelques kilomètres. Le médecin sherbrookois invite les gens à les encourager ou à les accompagner, à la course ou à vélo tout en respectant les mesures de distanciation sociale.