Rose Pruneau a été remise en liberté, mais devra aller en thérapie.

Rose Pruneau ira en thérapie

Maksim Hayrutdinov et Rose Pruneau ont été remis en liberté sous de sévères conditions, jeudi, au palais de justice de Sherbrooke.

La jeune femme de 21 ans devra toutefois suivre une thérapie fermée au cours des prochains mois.

À LIRE AUSSI: Agression sur Chauveau : Aucaucou reste détenu

Ces deux personnes font partie d’un groupe de cinq accusées de vol qualifié de l’ex-conjoint de Rose Pruneau et de vol dans la nuit du 12 au 13 juillet à Sherbrooke.

« Votre implication est totale et votre responsabilité est entière. Votre motivation par vengeance semble lourde. C’est vous qui avez entraîné les quatre autres dans cette galère. Vous vouliez voler les stupéfiants et la liste de clients de votre ex-conjoint. La preuve semble démonter vos problèmes de dépendances aux drogues, à l’alcool et sur le plan affectif », a expliqué le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec.

Dans sa décision de remettre les deux accusés en liberté sous de sévères conditions, le juge Chapdelaine explique que les faits de cette affaire sont simples.

Rose Pruneau soupçonnait son ex-conjoint de lui avoir volé une once de marijuana. Elle a monté un guet-apens sous le prétexte d’un achat de drogue avec les autres accusés, Wesley Aucaucou, Raphaël Nadeau, Maksim Hayrutdinov et Carol-Ann Homan pour attirer celui qui allait devenir la victime sur la rue Chauveau, loin de possibles caméras de surveillance.

L’homme agressé sans cette affaire a été interpellé par Maksim Hayrutdinov, alors qu’il sortait d’un taxi. 

Après son signal, Aucaucou et Nadeau se sont joints à lui pour lui voler ses chaussures, ses clés, son sac, son portefeuille de même que son téléphone intelligent. 

Les trois suspects ont pris la fuite dans un véhicule où se trouvaient les deux femmes, Rose Pruneau et Carol-Ann Homan, laissant derrière eux la victime qui a subi des blessures.

Les choses se corsent

Munis des clés de la victime, les cinq accusés se sont rendus à son logement.

Ils s’y sont introduits pour y voler divers objets dont des stupéfiants et de l’argent, de là les accusations d’introduction par effraction.

La situation aurait dégénéré à l’intérieur du logement de la victime. Wesley Aucaucou aurait fait des menaces à Rose Pruneau, se serait livré à des voies de fait en utilisant un couteau et lui aurait infligé des lésions corporelles. Des accusations en ce sens sont portées contre Aucaucou.

C’est en payant avec la carte de crédit de la victime au McDonald puis grâce à la triangulation cellulaire que les suspects ont été retrouvés, puis arrêtés. 

« La preuve est très forte. Une déclaration de culpabilité est plus que probable. Mme Pruneau est l’instigatrice, mais vous lui avez été d’une grande assistance dans la planification et l’exécution du vol », signale le juge dans sa décision à l’intention de Hayrutdinov.

Le juge Chapdelaine a déterminé que la poursuite ne s’était pas déchargée de son fardeau de prouver que la détention des deux accusés était nécessaire.

« À ce stade, malgré la gravité des crimes, la remise en liberté demeure la règle », précise le juge.

Les larmes de Rose Pruneau, défendue par Me Mélissa Gilbert, ont fait place à un sourire lorsque le juge a consenti à ce qu’elle puisse reprendre sa liberté sous conditions.

Elle devra rester en thérapie 24 heures par jour, sept jours par semaine.

Des interdictions de contact avec la victime alléguée ont été émises pour elle et ses complices allégués.

Même chose pour Maksim Hayrutdinov, défendu par Me Alexandre Fleurent, qui devra respecter un couvre-feu entre 21 h et 7 h, déposer son passeport et se rapporter au poste de police de Sherbrooke toutes les semaines.

« Je vous avertis que le moindre manquement aux conditions entraînera votre arrestation, la perte des garanties monétaires et qu’il vous sera beaucoup plus difficile de reprendre votre liberté », signale le juge.

Nadeau et Homan ont été remis en liberté en début de semaine, alors que Aucaucou reste détenu.