Daniel Gélinas et Mélanie Raymond, de l'organisation du Carnaval de Québec, ont dévoilé les artisans qui animeront les défilés renouvelés des 9 et 16 février.

Rock et pixels aux défilés du Carnaval de Québec

Il n’y a pas de neige au sol, les dernières feuilles mortes s’accrochent aux branches des arbres… et le Carnaval de Québec ne commencera que dans trois mois. N’empêche, l’organisation tenait à vous dévoiler les artisans qui animeront les parades renouvelées des 9 et 16 février.

«Le défilé est carrément totalement nouveau », annonce l’ex-directeur général du Festival d’été de Québec (FEQ), Daniel Gélinas, devenu conseiller pour l’événement hivernal. «On va totalement ailleurs de ce qui s’est fait depuis des dizaines et des dizaines d’années. C’est-à-dire que là on y va sur la base d’un défilé-spectacle beaucoup plus qu’un déambulatoire comme il y avait dans le passé.»

«Donc, on a 5 compagnies qui produisent 5 tableaux qui sont des minispectacles de 5 minutes qui vont être reproduits tout au long du parcours six fois. Et entre ces tableaux-là, on revient avec des personnages géants, on revient avec de l’animation.»

Le défilé de la basse ville ayant été éliminé par le Carnaval, les deux «prestations» auront lieu sur le même parcours, sur la Grande Allée, entre le Musée national des beaux-arts du Québec et la place George-V, devant le Manège militaire de Québec. Six fois, donc, entre ces extrémités distanciées d’un peu plus d’un kilomètre, les artistes s’arrêteront quelques minutes pour offrir leur spectacle.

À quoi s’attendre ? «On a choisi les tableaux pour qu’ils soient différents.»

Le cirque FLIP Fabrique a conçu une scène mobile avec un mur trampoline ; Interférences, une boîte mixant les arts et la technologie, présentera «une explosion de pixels animés» ; le Collectif avec Dance Laury Dance présentera une «performance de sculpture sur glace spectaculaire avec scie à chaîne» dans un «univers rock métal» sous la direction de Marc Gourdeau (directeur de Premier Acte) ; Pur FX évoquera «un assemblage de “diamants technologiques” dans lequel fusionnent lumières, pyrotechnie et effets visuels» ; les Ateliers du Carnaval s’occuperont du char de Bonhomme.

Exit la bougie et les duchesses

Tel qu’annoncé, l’équipe du festival hivernal fait donc le pari du renouveau, confirme la directrice générale, Mélanie Raymond. «C’est 65 ans d’histoire le Carnaval de Québec pour la population. Donc d’aller les surprendre après 65 ans c’est un défi, mais c’est très stimulant de le faire.»

«Il y a des choix qui ont été faits.» Seuls la mascotte Bonhomme, son palais et le défilé sont «intouchables». Le Carnaval a cependant déjà annoncé que son renouveau passe par l’élimination de nombreux éléments emblématiques de sa programmation : le concours de sculptures sur neige, la parade de la basse ville, la bougie et les duchesses sont tous rayés. Et les activités se dérouleront sur 10 jours plutôt que 17 jours.

Mme Raymond assure que les finances de l’entreprise événementielle ont été redressées et que le calendrier plus court permettra d’offrir «une programmation qui sera plus dense et plus concentrée».



Subvention de la Ville

Le budget est en croissance, passant de 8,9 millions $ pour la dernière édition à 9,2 millions $ pour la prochaine.

La bonification vient de l’augmentation de la subvention versée par la ville de Québec. Celle-ci grimpe de 300 000 $ pour atteindre 935 000 $. Somme à laquelle s’ajoutent 265 000 $ de services municipaux offerts gratuitement, pour un total de 1,2 million $.

L’Office du tourisme verse, en outre, 445 000 $.

Les gouvernements du Québec et du Canada donnent, quant à eux, près de 3 millions $ au Carnaval.

Le 65e Carnaval de Québec se déroule du 8 au 17 février 2019.

Du FEQ à TACT

Arrivé à la tête du Festival d’été en 2002, Daniel Gélinas a quitté l’organisation l’année dernière. Il a annoncé, quelques mois plus tard, qu’il se joignait à l’équipe du Carnaval de Québec à titre de conseiller spécial. 

Entre autres mandats, il avait également participé à la gestion des festivités entourant le 400e anniversaire de la fondation de capitale, en 2008.

M. Gélinas a annoncé, il y a peu, qu’il grossit les rangs de TACT, une agence-conseil qui offre des services en relations publiques et affaires gouvernementales.