Ottawa adopte une approche éducative « pour aider les petites entreprises à comprendre et respecter leurs obligations fiscales », a indiqué la ministre du Revenu, Diane Lebouthillier, qui en a fait l’annonce dans les locaux de Granby Industriel en compagnie du député de Shefford, Pierre Breton.

Revenu: des agents de liaison d'un océan à l'autre

La ministre du Revenu Diane Lebouthillier a annoncé lundi la mise en place d’un service national d’agents de liaison pour les petites entreprises afin de lutter contre l’évasion fiscale.

Ce faisant, quelque 130 agents de liaison, dont 31 dédiés la province de Québec, assureront un service personnalisé et gratuit, en se déplaçant directement aux bureaux des entreprises qui en font la demande. Il s’agit pour la plupart de vérificateurs employés de longue date de l’Agence du revenu du Canada (ARC), qui pourront offrir aux entreprises de jeter un œil à leurs livres pour s’assurer que tout est conforme. « Ils sont très bien au courant de quelles peuvent être les difficultés que peut connaître une petite entreprise­ », a précisé la ministre.

Une attention toute particulière sera portée aux entreprises en démarrage, afin que leurs pratiques fiscales soient conformes dès le début. « L’objectif de ce programme est d’aider les petites entreprises canadiennes à partir du bon pied en affaires, en nous assurant qu’elles rencontrent d’entrée de jeu leurs obligations fiscales », a indiqué la députée de Gaspésie-Les Îles-de-la-Madeleine.

Ottawa espère ainsi lutter contre l’évasion fiscale en adoptant une approche éducative, « pour aider les petites entreprises à comprendre et respecter leurs obligations fiscales », mais aussi pour « réduire les risques d’erreurs courants dans les déclarations de revenus », a indiqué Mme Lebouthillier, qui en a fait l’annonce dans les locaux de Granby Industriel. 

Lorsque questionnée par La Voix de l’Est, la ministre n’a pas été en mesure de quantifier monétairement les investissements requis pour mettre en place à l’échelle nationale ce service, qui a débuté par un projet-pilote dans les agglomérations de Montréal et Toronto, en novembre 2016. « Sur le montant total que ça implique, je ne pourrais pas vous le mentionner », a-t-elle honnêtement répondu.

Pour les régions

Le succès du projet-pilote — plus de 22 000 petites entreprises ont eu recours au service au cours de la dernière année — lui a permis d’être élargi au bénéfice des entrepreneurs de partout au pays. 

Les régions seront les premières à bénéficier de l’expertise des agents de liaison, indique la ministre.

« Je sais à quel point les petites entreprises sont un moteur économique important, a affirmé Mme Lebouthillier. D’un océan à l’autre, elles contribuent à être créatrices d’emplois, ajoutent valeur, richesse et diversification à l’économie canadienne et de nos régions. »

Dans la seule circonscription de Shefford, ce seront plus de 200 petites entreprises qui auront le droit de bénéficier du service.

« Les petites entreprises ajoutent une valeur inestimable à notre identité canadienne et jouent un rôle de premier plan dans la création d’emplois et la croissance économique dans tout le pays », a fait valoir le député de l’endroit, Pierre Breton, également présent à la conférence de presse.