Requête d’un consortium au CRTC pour un meilleur accès Internet

TORONTO — Le Consortium des Opérateurs de Réseaux canadiens (CORC) annonce mercredi le dépôt d’une demande auprès du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) en matière d’accès à un service Internet haute vitesse abordable pour de nombreux Canadiens.

Le Consortium cherche à faire rectifier l’environnement réglementaire actuel qui, estime-t-il, a une incidence directe sur l’accès à Internet aux vitesses de plus en plus rapides que les consommateurs exigent.

Matt Stein, président et premier dirigeant du CORC, croit qu’il faut corriger le système qui permet aux grandes entreprises de câblodistribution et de téléphonie d’augmenter les coûts, de réduire la concurrence et d’éliminer le choix des consommateurs.

Le Consortium rappelle qu’en 2015, le CRTC a établi des règles en vertu desquelles les grands acteurs sont tenus de vendre des services à large bande de gros sous-jacents à leurs concurrents. Ces règles visent à assurer une concurrence dans le marché des services Internet au Canada.

Or, le Consortium estime que malgré les bonnes intentions du CRTC, la décision n’a pas empêché les fournisseurs titulaires de surfacturer les concurrents et, au bout du compte, les consommateurs pour plus de 300 millions $. La décision n’a pas prévu les obstacles que les grandes entreprises titulaires ont introduit pour empêcher l’essor d’un marché juste et concurrentiel, selon le Consortium.

L’organisme invite le CRTC à réexaminer sa décision de 2015 et à apporter des corrections pour empêcher la limitation du choix, l’ajout de complexités injustifiées et la hausse des prix à la consommation.