Récidiviste intercepté ivre au guidon

Après avoir fait deux ans de prison pour avoir conduit un autobus scolaire en état d’ébriété, un multirécidiviste de l’alcool au volant a été arrêté de nouveau en fin de semaine à Lévis. 

Jacques Roberge, 65 ans, a été intercepté dimanche après-midi par la police de Lévis, alors qu’il conduisait un scooter de manière erratique.

«Il a échoué l’alcootest à plus de trois fois la limite», indique Maxime Pelletier, porte-parole de la police de Lévis. 

En février 2015, Roberge avait été condamné à deux ans de prison pour avoir conduit un autobus d’écoliers alors qu’il était en état d’ébriété.


« Il a échoué l’alcootest à plus de trois fois la limite »
Maxime Pelletier, porte-parole de la police de Lévis

Son arrestation remontait à octobre 2011. Il avait alors été arrêté en bordure de l’autoroute 73 où il s’était arrêté pour une crevaison. Il venait de conduire des élèves de deux écoles secondaires lévisiennes dans un autobus bondé. L’ex-chauffeur avait été intercepté avec une bouteille de brandy dans son manteau. 

C’était sa septième infraction pour conduite avec les facultés affaiblies.

Le juge Jean-Pierre Dumais avait souligné que Jacques Roberge avait deux fois et demie la limite permise d’alcool dans son sang, n’avait pratiquement aucun remords et ne semblait pas être sur la voie de la réhabilitation, puisqu’il avait caché ses antécédents d’alcool au volant à son employeur.

Roberge avait été congédié à la suite de son arrestation. 

À sa sortie de prison, Jacques Roberge avait vu son permis de conduire suspendu pour une période de 10 ans.

Cela ne l’a pas empêché de monter sur un cyclomoteur, dimanche.

Il a comparu lundi par vidéo­conférence. Il fait face à des accusations de conduite avec les facultés affaiblies et de conduite avec une alcoolémie dépassant 80 milligrammes d’alcool par 100 millilitres de sang.

Les récidivistes de l’alcool au volant ne sont pas rares. Environ 19 % des personnes qui commettent des infractions en la matière recommencent à conduire avec les capacités affaiblies, selon les données de la Société de l’assurance Automobile du Québec.