Rachat du pont de Québec: Ottawa «prend les grands moyens» [VIDÉO]

À moins de deux mois des élections, le gouvernement fédéral a confirmé vendredi la possibilité d’acquérir le pont de Québec et n’exclut pas d’utiliser l’«instrument législatif» pour contraindre le CN à restaurer le pont à court terme. Pour y parvenir, Ottawa a nommé l’ancien président de l’Industrielle Alliance, Yvon Charest, à titre de négociateur.

Le ministre de l’Infrastructure et des collectivités, François-Philippe Champagne, n’était pas sans rappeler la complexité du dossier. «Le dossier du pont de Québec avance. Et aujourd’hui, on passe à la prochaine étape. Je dirais même aujourd’hui, [...] on prend les grands moyens pour y arriver», a-t-il lancé lors de l’annonce officielle. Il était entre autres accompagné du ministre de la Famille, Jean-Yves Duclos et du maire de Québec, Régis Labeaume.

Yvon Charest agira bénévolement dans le dossier. Il devra émettre des recommandations au gouvernement sur les pistes possibles de solutions afin d’assurer la restauration du pont, y compris sa peinture.

«Plusieurs centaines de millions» seraient nécessaires pour une nouvelle couche de peinture. Le gouvernement fédéral et le propriétaire du pont, le Canadien National, ne s’entendent pas sur qui doit payer la facture. 

Le gouvernement fédéral est toutefois à la recherche d’une «solution permanente». 

Le transfert de propriété avec «indemnisation adéquate» figure parmi les options. D’autres alternatives sont également envisageables pour assurer la restauration du pont. 

M. Charest devra livrer ses recommandations d’ici le 31 décembre 2019. Elles seront présentées aux ministres de l’Infrastructure et des collectivités et des Finances au début de 2020.

M. Champagne a fait valoir que son gouvernement avait accompli «plus de travail dans les neuf derniers mois que dans les 25 dernières années». 

«Je suis ici pour appuyer la démarche, mais surtout pour appuyer Yvon Charest», a indiqué le maire Régis Labeaume. En 2010, M. Charest avait agi à titre de négociateur pour la Ville de Québec dans le dossier de l’amphithéâtre, devenu le Centre Vidéotron. 

M. Labeaume s’est aussi réjoui de voir que le processus «heureusement, ne s’éternisera pas». 

Le maire a ajouté qu’«il est difficile de négocier quand le principal intéressé — c’est-à-dire le CN — ne veut pas vraiment s’asseoir à la table».

«Nous avons toujours été ouverts à discuter de ce dossier avec le gouvernement fédéral et nous allons continuer de l’être», s’est défendu Alexandre Boulé, un porte-parole du CN, dans une déclaration écrite envoyée vendredi.

M. Boulé a réitéré que le CN «s’est toujours assuré de faire les investissements requis pour assurer la pérennité et l’intégrité structurelle du pont» et que la structure actuelle est «sécuritaire».

«Ni propriétaire ni locataire»

«Nous ne sommes ni propriétaires ni locataires du pont de Québec», ont martelé les ministres, qui ont rappelé la valeur patrimoniale de ce premier lien. L’infrastructure a été inaugurée en août 1919 par le prince Édouard de Galles. 

Ottawa entend collaborer «étroitement» le gouvernement du Québec, les Villes de Québec et Lévis et le CN. 

Lors de la campagne de 2015, les libéraux de Justin Trudeau avaient promis de régler le dossier du pont de Québec d’ici le mois de juin 2016. Quatre ans plus tard, le pont est toujours rongé par la rouille.

Il s’agit de la première fois de l’histoire que le fédéral envisage le transfert de la propriété du pont de Québec avec compensation parmi une série d’options. Avec La Presse canadienne

L'annonce a été faite par le ministre fédéral des Infrastructures François-Philippe Champagne.

+

CHRONOLOGIE

  • 1993: Le gouvernement fédéral cède le pont de Québec au Canadien National (CN) pour la somme symbolique de 1 $
  • 2005: Le CN arrête les travaux de peinture du pont de Québec, achevés à 40% et entreprend une bataille juridique contre le fédéral
  • 2014: Ayant perdu en cour, Ottawa réserve la somme 75 millions $ pour repeindre le pont, alors que le CN est invité à payer 100 millions $
  • 2015: L’estimation du coût de peinture du pont de Québec passe du simple au double, pour atteindre 400 millions $
  • 2019: Le gouvernement du Québec ferme la porte à un partage des coûts de peinture, étant donné qu’il doit investir 200 millions $ sur le tablier du pont

Avec Patricia Cloutier