Isabelle Légaré
Le Nouvelliste
Isabelle Légaré
David Vaudrin et Victoria Alice Ramirez travaillent ensemble depuis plusieurs années au sein des Jardins fruités. Ils viennent d’ajouter le Maître glacier à leur arc.
David Vaudrin et Victoria Alice Ramirez travaillent ensemble depuis plusieurs années au sein des Jardins fruités. Ils viennent d’ajouter le Maître glacier à leur arc.

Quand les fraises changent une vie

CHRONIQUE / Conseil du jour aux adolescents et à leurs parents. Ne jamais minimiser l’impact du premier emploi d’été. Il arrive que des fraises changent une vie, offertes en casseau ou en gelato. En voici pour preuve la recette infaillible de David Vaudrin et de Victoria Alice Ramirez.

Commençons avec David, 35 ans, puisqu’il est à la genèse de cette histoire où Victoria Alice, 24 ans, entre toutefois rapidement en scène.

David a passé l’été de ses 15 ans à vendre des fruits et légumes dans un petit kiosque à proximité d’un dépanneur achalandé de Trois-Rivières. Le garçon a adoré cette expérience de travail où il devait accueillir les clients, faire l’entretien et autres tâches connexes.

David n’est pas retourné en classe au terme de ses vacances scolaires où il servait de lien entre les agriculteurs locaux et les gens de la ville.

Il s’ennuyait à l’école. L’ado n’avait aucune difficulté d’apprentissage, mais s’il faut absolument trouver une explication, il ajouterait que le rythme n’était peut-être pas assez vite à son goût, qu’il avait besoin d’un défi qui restait à être défini.

«Je le sentais comme un appel.»

Une mise au point s’impose ici. David n’est pas en train de dire aux jeunes de l’imiter. Il leur recommande plutôt ceci quand l’occasion se présente: «L’école, c’est un super cadre. Allez au plus haut sommet que vous pouvez.»

J’ai néanmoins une pensée pour ses parents qui ont dû être ébranlés par la décision de fiston de quitter les bancs d’école avant d’avoir obtenu son diplôme d’études secondaires.

«Je ne sais pas ce qui m’attend, mais je peux vous assurer que ça va bien aller», se souvient-il de leur avoir dit avec certitude.

Ce à quoi son père a répondu: «Je te fais confiance.»

Et il a eu raison.

Un an plus tard, David achetait son premier kiosque, celui-là même où il avait fait ses classes l’été précédent. Âgé de 74 ans, l’homme qui lui avait donné sa première chance prenait sa retraite.

«Je prends la relève!», lui a annoncé le jeune homme du haut de ses 16 ans.

«Durant l’hiver, j’avais été boss-boy, plongeur, etc. J’ai fait tous les métiers qu’on fait à cet âge. J’ai économisé chaque dollar pour acheter mon kiosque.»

Au volant de sa vieille fourgonnette, David faisait la tournée des producteurs du coin pour revenir en ville avec les asperges, fraises et épis de maïs fraîchement cueillis.

En 2005, l’entrepreneur en herbe a fait l’acquisition de deux autres kiosques. En 2008, il a donné un grand coup avec l’achat de dix-sept. En 2020, David Vaudrin est à la tête d’une vingtaine de kiosques sous la bannière «Les jardins fruités» en plus d’être copropriétaire de la Ferme horticole Gagnon avec qui il a fait l’acquisition des Jardins Dugré.

Victoria Alice maintenant.

Sa mère est une Italienne d’origine, son père, un Chilien. La jeune femme est née au Brésil où sa mère était professeure à l’université. Lorsque l’heure de la retraite a sonné pour celle-ci, la femme et ses deux filles ont décidé de venir s’établir au Québec.

«Elle l’a fait pour nous, pour nos études.»

Victoria Alice Ramirez avait 13 ans et demi lorsqu’elle a pris racine à Trois-Rivières, une ville parfaite selon elle. Pas trop grande ni trop petite et tout près du calme de la campagne, décrit celle qui ne parlait pas un mot français alors que dix ans plus tard, on distingue à peine un accent d’ailleurs.

C’est sa mère qui lui a suggéré d’offrir ses services au kiosque où elle venait de se procurer des fraises.

L’adolescente de 14 ans a passé une entrevue. On l’a rappelée le lendemain matin. «Tu commences dans une heure.»

Elle s’est démarquée dès son arrivée au sein de l’équipe.

«Pour son sourire, son accueil et son rayonnement. On ne vend pas juste des fruits et légumes dans nos kiosques, de la bonne humeur aussi» souligne David en parlant de celle qu’il considère comme une sœur.

«Il y a un grand respect et une grande confiance entre nous.»

Victoria Alice a appris son français en maîtrisant d’abord l’ABC de la vente en kiosque: «Bonjour! Qu’est-ce que je peux vous servir? Aimeriez-vous autre chose? Ça va faire 8,75$...»

L’adolescente est revenue l’été suivant, l’autre d’après et ainsi de suite. Le jour où l’élève au programme d’études internationales a obtenu son permis de conduire, c’est à elle que David a remis les clés d’une plus récente fourgonnette et le titre de responsable d’un secteur. Cette adolescente modèle avait six kiosques sous sa gouverne.

À 24 ans, Victoria Alice Ramirez est la coordonnatrice en chef des Jardins fruités. Elle passe la saison estivale et bien davantage sur le terrain, à se rendre d’un kiosque à l’autre afin de s’assurer que les clients et les employés ne manquent de rien.

Elle gère le tout en poursuivant ses études à temps plein au doctorat en médecine dentaire, à l’Université de Montréal. Et comme si cela n’était pas suffisant, Victoria Alice est depuis peu copropriétaire avec David de la franchise Maître glacier, à Trois-Rivières.

David Vaudrin et des partenaires d’affaires possédaient déjà la nouvelle bâtisse où le bar laitier vient d’ouvrir, sur le boulevard Jean-XXIII. Un commerce devait s’y installer, mais la pandémie est venue changer la donne. Le futur locataire a changé d’idée.

Un mal pour un bien. Ça faisait des années que David rêvait d’une crèmerie. Maintenant que la place se libérait, c’était le moment ou jamais.

Tout naturellement, David s’est tourné vers Victoria Alice pour lui proposer d’embarquer avec lui dans l’aventure.

Évidemment qu’elle a accepté. C’est dans leur ADN de travailler sans relâche et de contaminer leur entourage.

Au début de l’été, après une grosse journée de travail, le tandem a réuni Mathieu Beaudry, un compagnon de longue date, ainsi que Laurie Gélinas et Béatrice Cyr, deux employées fidèles depuis l’adolescence. Âgées de 22 ans, elles étudient respectivement en administration et en génie physique.

«Si ça vous tente, on part un projet ensemble!»

Tout le monde a dit oui, emballé à l’idée que les fraises d’ici, celles qu’ils ont tant vantées dans leur kiosque, se retrouvent maintenant dans un cornet de gelato.

David et Victoria Alice ont goûté à la première cuillerée de cette crème glacée d’inspiration italienne.

Et puis?

«La recette est à point!»