Stéphane Édouard Pratt

Pratt aurait fait une autre victime

D’autres accusations s’ajoutent au dossier de Stéphane Édouard Pratt, cet homme accusé pour une agression sexuelle survenue dans un salon de coiffure de Magog.

La Régie de police de Memphrémagog (RPM) a reçu des appels de témoins et d’une autre victime présumée à la suite de la médiatisation de l’arrestation de Pratt, la semaine dernière.

À LIRE AUSSI: Arrêté pour une agression sexuelle dans un salon de coiffure

«Après enquête, des accusations d’agression sexuelle et harcèlement ont été déposées vendredi contre Stéphane Édouard Pratt lors de son retour devant le tribunal pour sa requête pour remise en liberté», rapporte Sylvain Guay, lieutenant à la RPM.

«Les gestes reprochés se sont produits sur la piste piétonnière près de la pointe Cabana à Magog le 11 août en avant-midi.»

Pratt aurait accosté une femme qui marchait seule. «Il a entretenu une conversation de nature sexuellement explicite pour par la suite se livrer à des attouchements de natures sexuelles sur la dame en plus de la photographier, ajoute M. Guay. La saisie du téléphone du suspect a permis de corroborer la victime, car les photographies s’y trouvaient encore.»

«La victime s’est manifestée à la suite de la parution d’une histoire similaire avec une coiffeuse de Magog survenue le 15 août 2019.»

Rappelons que vendredi le 6 septembre 2019, les enquêteurs et patrouilleurs de la RPM avaient procédé à l’arrestation du suspect à l’Hôtel Union de Magog et perquisitionné sa chambre afin d’y saisir des vêtements ainsi que des cartes d’affaires de coiffeuses de Magog, de la Rive-Sud et région de Montréal. En tout, près d’une dizaine de cartes ont été saisies, note M. Guay.

L’homme de 48 ans, Magogois depuis environ six mois était détenu jusqu’au vendredi 13 septembre pour la suite des procédures.

«Vendredi, il a décidé de changer d’avocat et lors de sa comparution, Stéphane Édouard Pratt a été formellement accusé de cette deuxième agression sexuelle et harcèlement», poursuit-il

«Au moment de cette comparution le juge a ordonné sa détention pour fin d’examen psychiatrique afin de connaître son aptitude à comparaître.»

Les personnes pouvant fournir des informations supplémentaires sont priées de communiquer avec l’enquêteur principal dans ce dossier, le sergent détective Sébastien Pelletier au 819-843-3334 au poste 254.