Plus d’élèves en soudage-montage en milieu de travail

Depuis le mois de novembre 2017, seize étudiants sont inscrits au nouveau programme en soudage-montage offert par la Commission scolaire des Sommets au Centre d’excellence en formation industrielle de Windsor. Le ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport et ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, Sébastien Proulx, était de passage à Windsor lundi matin pour annoncer une aide financière gouvernementale de 56 000 $ pour ce programme. Il était accompagné de la députée de Richmond, Karine Vallières.

Inspiré du modèle allemand DUAL, le programme en soudage-montage permet à l’élève de réaliser plus de la moitié de sa formation dans un milieu de travail et d’être rémunéré pour le faire. Ainsi, la formation pratique a lieu dans un environnement réel de production et le reste de l’apprentissage se réalise au Centre de formation.

Lire aussi: Supermétal: trouver 50 employés en 50 jours

Un record de postes disponibles au Salon Priorité-Emploi

Le Salon priorité-emploi comble les attentes

Frédérick Vachon Saint-Pierre de Windsor a choisi de s’inscrire à ce programme pour le lien travail-étude qui garantit une bonne perspective d’emploi. C’est la même chose pour l’étudiant en soudage-montage Aaron Dostou qui poursuit sa formation pratique dans l’entreprise Spiralco de Saint-Félix-de-Kingsey.

« Le DEP dure 1800 heures ; 900 en entreprise et 900 à l’école. Les deux endroits se complètent. Par exemple, si nous avons un test sur une certaine procédure de soudage à faire à l’école l’entreprise nous montre différentes techniques pour nous familiariser avec cette même procédure. J’ai vraiment découvert le métier qui me convient », explique celui qui terminera sa formation en janvier prochain.

Au total, dix entreprises de la région s’impliquent dans la formation des futurs soudeurs-monteurs au CEFI, dont Baultar. « La situation actuelle de l’emploi constitue un réel enjeu et nous impose d’augmenter nos productions pour répondre à une demande grandissante. Le besoin en main-d’œuvre se fait donc sentir. Le programme annoncé aujourd’hui est une excellente initiative pour la formation de nouveaux employés. Nous espérons que ce type de formation sera offert dans plusieurs autres domaines », déclare Gabriel Archambault, directeur de production chez Baultar, en son nom et ceux de ses collègues industriels de la région et partenaires du programme de soudage-montage.

Le président de la Commission scolaire des sommets, Jean-Philippe Bachand, voit d’un bon œil cette formation adaptée aux besoins des entreprises. « Le financement de 56 000 $ à la Commission scolaire nous permet de réinventer la modalité du programme en soudage-montage afin d’offrir une formation accrue en milieu de travail. En collaboration avec plusieurs acteurs locaux, ce projet est une solution novatrice afin de répondre au besoin criant de main-d’œuvre qualifiée. Notre habileté à revoir notre mode d’enseignement et notre capacité à répondre aux besoins des entreprises font de la CS des Sommets un acteur important du développement socio-économique de la région ».

De son côté, le ministre Proulx réitère son annonce nationale de la semaine dernière des 1,2 M$ pour soutenir des formations en alternance travail-étude. « C’est un modèle européen que l’on importe depuis quelques années. Cela permet aux élèves de consolider leur formation avec la pratique ».

Pour la députée de Richmond, Karine Vallières, cette pratique « est aussi gagnante pour les élèves que pour les entreprises. Tout ça mis ensemble donnera un élan extraordinaire pour le développement de notre milieu ».