L’homme d’affaires québécois Louis Garneau avait expliqué au Soleil que les problèmes financiers de son entreprise avaient commencé 36 mois plus tôt avec la faillite de deux gros clients à l’international
L’homme d’affaires québécois Louis Garneau avait expliqué au Soleil que les problèmes financiers de son entreprise avaient commencé 36 mois plus tôt avec la faillite de deux gros clients à l’international

Placée à l'abri de ses créanciers: Louis Garneau Sports inc. dépose une proposition de règlement

Jean-François Tardif
Jean-François Tardif
Le Soleil
Cinq mois après s’être placée sous la protection de la loi sur la faillite et l’insolvabilité, l'entreprise Louis Garneau Sports inc. voit la lumière au bout du tunnel. L’homme d’affaires québécois a déposé mercredi après-midi une proposition de règlement aux créanciers de son entreprise, proposition qui permettra à Louis Garneau Sports inc. de non seulement relancer ses activités, mais aussi de garder son siège social à Québec.

Le 3 mars dernier, Louis Garneau Sports inc. s’était placé à l’abri de ses créanciers. Cette décision avait été prise afin de permettre à l’entreprise «d’apporter les modifications nécessaires à ses opérations dans le contexte difficile qui frappe l’industrie et le commerce au détail en général». Elle avait obligé Garneau à remercier plusieurs employés.

L’homme d’affaires québécois Louis Garneau avait expliqué au Soleil que les problèmes financiers de son entreprise avaient commencé 36 mois plus tôt avec la faillite de deux gros clients à l’international, ce qui avait mis beaucoup de pression sur les liquidités de Louis Garneau Sports inc. 

Bien que fort déçu de la tournure des évènements, M. Garneau avait mentionné qu’il allait retrousser ses manches et rebondir. Il avait aussi été clair quant aux objectifs qu’il poursuivrait, soit maintenir le plus d’emplois possibles au sein de son entreprise et garder son siège social à Québec. 

Au cours des derniers mois, l’homme d’affaires Louis Garneau a procédé à une restructuration de son entreprise.

Au cours des derniers mois, l’homme d’affaires a donc procédé à une restructuration de son entreprise. Des changements stratégiques et opérationnels ont été apportés à plusieurs niveaux. Et un plan de redressement a été élaboré. Parallèlement, la firme Raymond Chabot inc., s’est lancée dans un processus de vente et/ou de recherche d’investisseurs. 

«La persévérance des équipes en place, le support des partenaires financiers et le “boom” du vélo ont permis de convaincre un groupe d’investisseurs québécois, toujours confidentiels, d’envisager sérieusement de se joindre à la relance de l’entreprise», indique un communiqué publié par Louis Garneau Sports inc. «Ces nouveaux investissements demeurent conditionnels à l’acceptation par les créanciers et le tribunal de la proposition soumise mercredi.»

Les créanciers de Louis Garneau Sports se réuniront le 10 septembre pour approuver ou non la proposition de règlement soumise par Louis Garneau.