Le grand patron de Québecor, Pierre Karl Péladeau

Péladeau «inapte» à devenir gouverneur de la LNH, dit un actionnaire du Groupe TVA

Un actionnaire minoritaire du Groupe TVA, Luc Proulx, aurait invité la Ligue nationale de hockey (LNH) à se tenir loin du PDG de Québecor, Pierre Karl Péladeau, qu’il considère comme «inapte» à devenir gouverneur d’une équipe.

Le quotidien montréalais The Gazette rapporte que M. Proulx aurait expédié une lettre au bureau des gouverneurs de la LNH, décrivant M. Péladeau comme un «individu à problèmes» qui serait «inapte à devenir gouverneur de la LNH si jamais Québecor se voyait octroyer une équipe».

Même si Luc Proulx a exprimé son appui au retour de la LNH à Québec, il aurait également prétendu dans sa lettre que plusieurs actions posées par Pierre Karl Péladeau laissaient entendre qu’il serait un propriétaire «inapte».

L’actionnaire minoritaire a énuméré la nomination du frère de Pierre Karl Péladeau, Érik, au conseil d’administration de Québecor, son mariage de six mois avec Julie Snyder, la courte durée de sa carrière en politique provinciale et sa réputation litigieuse comme raisons qui feraient de l’homme d’affaires un propriétaire «inapte».

Il a donc sommé la LNH de ne pas accorder d’équipe de la LNH à Québecor «tant que Pierre Karl Péladeau ne procéderait pas à la privatisation du Groupe TVA». Québecor tente depuis 2011 d’obtenir une équipe de la LNH pour l’installer au Centre Vidéotron.

Actionnaire critique

Ce n’est pas la première fois que Luc Proulx se montre critique envers le grand patron de Québecor depuis l’achat du Groupe TVA en 2001. En 2014, dans une lettre d’opinion publiée dans le quotidien La Presse, il avait accusé PKP de continuer d’exercer une influence sur les décisions de Québecor et ses filiales à l’époque où il était le député péquiste de Saint-Jérôme.

Il avait du même coup demandé à Québecor Média de racheter les actionnaires minoritaires de TVA en leur faisant une offre juste et équitable. Ces actionnaires minoritaires détiennent 49 % de l’actionnariat de TVA, mais sans droit de vote.

Québecor Média détient le contrôle du Groupe TVA en possédant 99,97 % des actions de catégorie A, les seules avec droit de vote. Seules les actions de catégorie B, sans droit de vote, sont cotées en bourse.