Pannes électriques dans plusieurs régions du Québec: l'automne frappe fort

La pluie et les vents violents ont occasionné des pannes d’électricité dans plusieurs régions du Québec, jeudi. Dans la capitale, des écoles ont été forcées de fermer leurs portes durant la journée.

La majorité des écoles fermées ont envoyé un message aux parents en mi-journée et en ont fait l’annonce sur leur site Web et leur page Facebook. Les écoles se faisaient rassurantes : les élèves étaient en sécurité, mais les parents étaient invités à venir chercher leur enfant le plus tôt possible. 

À Québec, l’Institut Saint-Joseph, l’école secondaire Jean-de-Brébeuf, le Centre de formation professionnelle de Limoilou, le Centre Louis-Jolliet, l’école Marguerite-Bourgeoys et le Séminaire Saint-François ont pris la décision de fermer. 

Dans le cas de l’école Marguerite-Bourgeoys, c’est à la demande du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) que l’institution a fermé ses portes, pour des raisons de sécurité.

D’autres écoles touchées par les pannes de courant, notamment celles de la Commission scolaire des Premières-Seigneuries, ont décidé d’offrir les cours quand même. 

«Bien que quelques écoles subissent actuellement des pannes d’électricité, nous tenons à vous assurer que les élèves sont pris en charge par l’ensemble de notre personnel et sont en sécurité dans nos établissements. Les cours se dérouleront normalement cet après-midi avec certaines adaptations en fonction des contextes propres à chacun des milieux. La durée des pannes électriques n’est pas encore connue. Nous demeurons à l’affût de l’évolution de la situation», a écrit la commission scolaire vers 13h sur sa page Facebook.

La décision de la CS des Premières-Seigneuries de maintenir les cours malgré les pannes de courant a soulevé quelques critiques sur le réseau social, des parents déplorant notamment que leurs enfants n’aient pas pu faire chauffer leur dîner. 

Un arbre est tombé sur des voitures sur la rue Cardinal Villeneuve, à Québec.

+

14 000 abonnés touchés

Les forts vents et la pluie ont plongé plusieurs clients d’Hydro-Québec dans le noir, jeudi. Au Québec, ce sont environ 140 000 abonnés qui étaient privés d’électricité en début d’après-midi. La majorité des clients touchés devaient retrouver le service avant la fin de la journée. «Pour les régions où il y a plus de bris ou pour les habitations plus isolées, le rétablissement pourrait aller à vendredi», indiquait Hydro-Québec sur Info-pannes.

Dans les régions de la Capitale-Nationale et de la Chaudière-Appalaches, plus de 52 000 foyers étaient toujours privés de courant en fin d’après-midi.

Incendies mineurs

À Québec, les pompiers ont été «très occupés tout au long de la journée», a indiqué Alexandre Lajoie, porte-parole du Service de protection contre les incendies. 

En milieu d’après-midi, alors que les vents avaient fini par se calmer, les pompiers avaient fait 54 interventions pour des arbres ou branches tombés sur des fils électriques. Trois incendies mineurs ont pris naissance à la suite de contacts entre les fils et les arbres. Ils ont été rapidement maîtrisés. 

Les pompiers sont aussi intervenus pour assurer la sécurité à une quarantaine d’endroits où se trouvaient des «structures dangereuses» à cause des rafales. Des arbres étaient tombés sur des bâtiments et des voitures. Des abris d’autos menaçaient de partir au vent. Avec Marc Allard et Judith Desmeules

Photo prise sur l'avenue Socrate, dans le secteur de Beauport.

Au Québec et dans les Maritimes

L'intense dépression météorologique qui a traversé le sud et l'est du Québec de même que les provinces des Maritimes a causé des dégâts, privant notamment d'électricité des centaines de milliers de foyers.

Dans son bilan de fin de soirée, Hydro-Québec rapportait toujours plus de 300 pannes et quelque 16 000 clients privés de courant.  En après-midi, le nombre de clients touchés dans la province avait dépassé les 94 000 selon le site web Info-pannes.

La société d'État a déclaré avoir mobilisé près de 600 monteurs pour rétablir le service. Certaines résidences dans des secteurs isolés pourraient être encore privées de courant dans la journée de vendredi.

Les rafales ont provoqué plusieurs chutes de branches d'arbres, allant même jusqu'à déraciner ou fendre des troncs, qui ont endommagé le réseau de distribution d'électricité. Ces mêmes effondrements ont causé toutes sortes de dégâts matériels sur des véhicules et des propriétés.

Des milliers de résidants dans les Maritimes ont été privés d'électricité jeudi à la suite de la tempête d'automne s'étant déplacée lentement dans la région, entraînant des averses, des rafales puissantes et renversant des arbres.

Des vents soutenus d'environ 60 km/h soufflaient dans certains secteurs de la Nouvelle-Écosse, de l'Île-du-Prince-Édouard et du Nouveau-Brunswick, avec des rafales pouvant atteindre 90 km/h.

Nova Scotia Power a signalé que plus de 33 000 clients étaient sans électricité aux alentours de 14 h, bien que le nombre ait régulièrement diminué à mesure que la tempête s'est atténuée tout au long de l'après-midi et du soir. À 20 h, environ 1400 clients étaient toujours privés d'électricité.

Au Nouveau-Brunswick, Énergie NB rapportait en fin de soirée 171 pannes et quelque 6400 clients sans courant.

Des avertissements de pluie ont été émis pour certaines parties des Maritimes, avec des quantités pouvant atteindre 50 à 70 millimètres.

Le bureau de gestion des urgences de la Nouvelle-Écosse a déclaré dans un tweet que des niveaux d'eau élevés étaient attendus à marée haute, ce qui pourrait provoquer des inondations, de l'érosion côtière et endommager les infrastructures.

Onde de tempête

Après avoir maintenu des bulletins météorologiques spéciaux une bonne partie de la journée jeudi dans plusieurs provinces des Maritimes, ainsi qu'au Québec, Environnement Canada ne conservait d'avertissement en vigueur que pour Terre-Neuve-et-Labrador en soirée.

Tout au long de la journée, l'agence fédérale annonçait des vents forts et des risques d'élévation du niveau des eaux, en raison de la période de marées à moyennes amplitudes. L'avis visait particulièrement les régions de Rimouski, Mont-Joli, Matane, Gaspé, Percé, New-Carlisle et Chandler, dans l'est du Québec.

Environnement Canada mettait en garde contre de possibles inondations le long du littoral et des risques d'érosion côtière.

Les pluies abondantes sur une bonne partie du réseau routier et autoroutier de la grande région de Montréal ont causé certains problèmes aux automobilistes. La Sûreté du Québec avait d'ailleurs appelé les conducteurs à la prudence. Avec La Presse canadienne