Un jeune demandeurs d'asile haïtien au poste frontalier de Lacolle, en août dernier

Ottawa veut éviter un afflux massif d'Haïtiens à la frontière

MONTRÉAL - Alors que le système canadien d'immigration est déjà surchargé par la vague de demandeurs d'asile de l'été dernier, un afflux massif d'Haïtiens à la frontière canadienne est inévitable, selon plusieurs intervenants interrogés sur la question.

Au lendemain de l'annonce par le gouvernement américain de la fin du programme d'accueil temporaire des Haïtiens, le député canadien d'origine haïtienne Emmanuel Dubourg se trouvait déjà à New York, mardi matin, pour rencontrer des leaders de la communauté haïtienne.

Le gouvernement libéral souhaite éviter à tout prix que la crise de l'été dernier ne se répète.

En entrevue à La Presse canadienne, le député libéral explique vouloir travailler en amont afin d'éviter que des milliers d'Haïtiens traversent la frontière canadienne de manière irrégulière, dans les prochains mois, en se fondant sur de faux espoirs.

Pour être accueillis comme réfugiés, les demandeurs d'asile doivent démontrer que leur vie serait en danger s'ils étaient renvoyés dans leur pays d'origine, rappelle M. Dubourg.

Depuis l'été 2016, ce sont seulement 10 pour cent des demandes d'asile présentées par des Haïtiens qui ont été acceptées par le Canada, avertit-il.

M. Dubourg passera donc la journée de mardi à New York à marteler le même message: «passer la frontière entre les points d'entrée, ce n'est pas un laissez-passer pour rester au Canada».

Lundi, le gouvernement américain est passé de la parole aux actes en annonçant qu'il mettait fin au programme temporaire de résidence permettant à quelque 60 000 Haïtiens de résider et de travailler aux États-Unis depuis le puissant séisme de 2010.

L'administration Trump leur a toutefois consenti un délai de 18 mois, soit jusqu'en juillet 2019, pour organiser leur retour dans leur pays natal.

L'été dernier, alors que la révocation du statut temporaire n'était encore qu'une simple menace, plusieurs centaines de demandeurs d'asile, principalement d'origine haïtienne, traversaient quotidiennement la frontière de manière irrégulière.

L'armée canadienne avait d'ailleurs érigé un campement temporaire au poste frontalier de Saint-Bernard-de-Lacolle pour les accueillir.

Stéphane Handfield, un avocat spécialisé en droit de l'immigration qui représente plusieurs demandeurs d'asile haïtiens, s'attend à une hausse marquée du nombre d'entrées irrégulières au Canada au cours des prochains mois.

Il rappelle que de nombreux Haïtiens croient qu'ils ont simplement à se présenter à la frontière et à remplir une demande d'asile pour s'installer au Canada.

Or, le fardeau de la preuve repose sur le demandeur d'asile qui doit démontrer qu'il répond à l'un des critères permettant d'être accueilli comme réfugié au pays, et «les catastrophes naturelles et les crises économiques ne sont pas des critères reconnus», souligne M. Handfield.

Il ajoute que l'expulsion vers Haïti que ces gens souhaitaient éviter en cognant à la porte du Canada les attendra fort probablement à la fin du processus d'examen de leur demande.