Pour des raisons de sécurité, les quelque 2000 journalistes de la presse étrangère qui couvriront le Sommet du G7 seront rassemblés au Centre des congrès de Québec, à deux heures de route de La Malbaie.

Ottawa dépensera 1,6 M$ pour promouvoir le Canada pendant le G7

OTTAWA — Le gouvernement fédéral dépensera près de 1,6 million $ pour faire la promotion du Canada auprès de la presse étrangère de passage à Québec en juin pour le sommet du G7 dans Charlevoix, comme l'avaient fait les conservateurs en 2010 lors de deux sommets internationaux en Ontario.

Le gouvernement libéral de Justin Trudeau a accordé un contrat de 1,58 million $ à la firme montréalaise C2 International, qui est chargée de concevoir ce «pavillon canadien» au centre des médias. Ottawa souhaite bien sûr mettre de l'avant les grands thèmes du sommet de cette année, mais veut aussi promouvoir le Canada, et la région touristique de Charlevoix, en mettant l'accent notamment sur la technologie, le tourisme et la gastronomie.

Pour des raisons de sécurité, la plupart des journalistes étrangers ne fouleront pas les pelouses du Manoir Richelieu, à La Malbaie, où seront réunis les 8 et 9 juin les chefs d'État et de gouvernement des pays industrialisés membres du G7. Les quelque 2000 journalistes de la presse étrangère seront plutôt rassemblés au Centre des congrès de Québec, à deux heures de route du sommet.

La campagne promotionnelle du gouvernement libéral rappelle les initiatives semblables mises de l'avant par les conservateurs de Stephen Harper lors des sommets du G8 et du G20 en juin 2010. Les partis de l'opposition avaient alors critiqué la décision du gouvernement de créer littéralement un lac artificiel à l'intérieur du centre des médias à Toronto, au coût de 57 000 $, pour faire la promotion de la région de Muskoka. L'ensemble du pavillon canadien avait coûté 1,9 million $.

Le gouvernement Harper avait aussi été blâmé pour avoir utilisé une partie du «fonds du legs du sommet», doté de 50 millions $, afin de payer des infrastructures dans des municipalités situées bien loin des sites — notamment un belvédère de 100 000 $ dans la circonscription du président du Conseil du Trésor de l'époque, Tony Clement.

«Expériences non traditionnelles»

Le contrat de 1,58 million $ de cette année ne comprend pas la nourriture, les boissons et l'équipement technique au centre des médias. C2 International est spécialisée dans les «allocutions de conférenciers de renom», mais aussi dans «une grande variété d'expériences non traditionnelles telles des expositions interactives, des présentations multimédias et des ateliers collaboratifs». L'entreprise organise depuis sept ans «C2 Montréal», un événement d'affaires international, qui accueillera cette année, du 23 au 25 mai, Snoop Dogg et Chelsea Manning, entre autres conférenciers.

Le président de C2 International, Richard St-Pierre, promet en entrevue que le concept retenu à Québec offrira bien plus que les traditionnels sandwiches et diaporamas de cartes postales. Il n'a pas voulu préciser davantage, pour des raisons contractuelles et de sécurité.

«Le Canada est un grand pays — et on n'en est pas assez conscients. Il est à peu près temps de le montrer au monde entier», dit-il. Le centre des médias, confie-t-il quand même, mettra l'accent sur le caractère innovateur du Canada, notamment dans le secteur très dynamique de l'intelligence artificielle à Montréal.

Par ailleurs, le menu proposé au centre des médias fera toute la place à la gastronomie québécoise, canadienne et autochtone. Sans dévoiler le contenu de la carte, C2 admet que le sirop d'érable sera présent, mais probablement pas la poutine...