Antoni Bergeron

Nuit d’horreur pour une femme de 33 ans: une enquête sur remise en liberté pour Bergeron

Antoni Bergeron subira son enquête sur remise en liberté le 15 juin prochain.

Bergeron est accusé d’agression sexuelle et de tentative de meurtre en tentant de noyer sa victime à Danville. L’homme de 25 ans est détenu depuis le début du mois de décembre 2017 après avoir fait vivre une nuit d’horreur à une femme de 33 ans.

Lire aussi: Des accusations plus graves pour Antoni Bergeron

À la demande de l’avocat de la défense Me Benoit Gagnon de l’aide juridique et Me Joanny Saint-Pierre du ministère public, le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec a fixé cette étape des procédures, vendredi, au palais de justice de Sherbrooke.
La dernière fois que le dossier est revenu devant le tribunal en mars dernier, les avocats au dossier avaient mentionné qu’ils étaient devant une impasse.
« Il semble y avoir de la lumière au bout du tunnel dans notre impasse. Nous allons fixer l’enquête sur remise en liberté. Tout dépendant de l’issue, nos allons voir si l’enquête va procéder » explique Me Gagnon.
Il convient qu’il n’est pas habituel de fixer une enquête sur remise en liberté si longtemps après l’arrestation d’un accusé. Dans le cas d’Antoni Bergeron, plus de six mois se seront écoulés.
« C’est la façon dont nous avons décidé de procéder dans cette affaire », signale Me Gagnon.
À la mi-décembre, la Sûreté du Québec avait annoncé qu’une seconde victime s’était manifestée en lien avec une agression sexuelle qui serait survenue à Québec au cours de l’automne.
La Sûreté du Québec cherche à relier Bergeron à d’autres gestes semblables qui auraient été commis au cours des derniers mois.
C’est en réponse à une annonce placée sur le site Kijiji que l’agresseur s’est rendu chez celle qui deviendra sa victime. Bergeron se serait présenté au domicile de Danville où il y avait une chambre à louer.
L’individu de 25 ans aurait pris la fuite dans le véhicule de la victime, ce qui a permis à la police de le retrouver à Warwick.