Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Marmen participera ainsi au plus grand projet d’approvisionnement en énergie renouvelable en sol américain.
Marmen participera ainsi au plus grand projet d’approvisionnement en énergie renouvelable en sol américain.

Nouvelle usine dans l’État de New York pour Marmen: «Un point tournant pour la compagnie»

Marc Rochette
Marc Rochette
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Trois-Rivières - Après une année plutôt difficile en raison des conditions pandémiques et économiques, qui fut accentuée par l’imposition de droits de 6 % par les Américains, voilà que Marmen débute 2021 avec une bonne nouvelle, soit la construction d’une nouvelle usine pour la fabrication de tours d’éoliennes offshore dans l’État de New York.

«C’est un très gros contrat. C’est un point tournant pour la compagnie», lance le vice-président à l’exploitation chez Marmen, Vincent Trudel.

L’Autorité de recherche et de développement de l’énergie de l’État de New York a sélectionné la proposition d’Equinor pour l’implantation de la première usine de fabrication de tours d’éoliennes offshore en Amérique dans le port d’Albany.

Conséquence? Marmen participera ainsi au plus grand projet d’approvisionnement en énergie renouvelable en sol américain. En décembre 2019, Marmen et Welcon ont signé un protocole d’entente pour le développement de projets éoliens offshore aux États-Unis. 

La proposition d’Equinor, développée conjointement avec Marmen/Welcon et le Port d’Albany, transformera les installations portuaires pour la production de tours d’éoliennes offshore et de pièces de transition. L’aménagement du port débutera en 2021 tandis que la production des tours est prévue pour la fin de l’année 2023.

Si sa réalisation nécessitera des investissements de plusieurs centaines de millions de dollars en plus de créer jusqu’à 350 emplois dans cette région, des retombées vont tout de même se faire ressentir jusqu’à Trois-Rivières.

«De la même façon que quand on a débuté Matane et notre usine au Dakota du Sud, tout ce qui s’appelle gestion de projet, conception et fabrication d’équipements spécialisés, ça va tout être fait à Trois-Rivières. On cherche déjà des ingénieurs. Il y aura aussi des techniciens, des mécaniciens, des électriciens qui vont participer au lancement de cette usine de 600 000 pieds carrés», précise celui qui prévoit l’embauche d’une dizaine de personnes à temps plein. 

Selon lui, un tel contrat vient renforcir le siège social de Marmen à Trois-Rivières. Et c’est sans compter, dit-il, que beaucoup d’achats seront faits à Trois-Rivières.

«Marmen est très heureuse de pouvoir jouer un rôle actif dans ce mégaprojet éolien offshore. Nous saluons l’engagement du gouvernement Cuomo et de l’État de New York à relever les défis du changement climatique par des actions concrètes et un plan d’énergie propre à long terme. Nous sommes très fiers que notre expertise dans l’industrie éolienne puisse contribuer au développement des énergies renouvelables et à la réalisation des objectifs en matière d’énergie propre», a déclaré pour sa part le président de Marmen, Patrick Pellerin.

Avec l’expansion de l’énergie éolienne offshore sur la Côte Est, le port d’Albany deviendra une destination idéale pour l’approvisionnement de composantes pour les futurs projets éoliens. «Le potentiel économique de la région de la capitale de New York est énorme», a-t-on souligné.

Pour sa part, Vincent Trudel attribue à la crédibilité de la compagnie l’obtention de «ce gros contrat-là», Marmen respectant les échéanciers et la livraison envers ses clients. 

«C’est à nos employés qu’on doit cette réputation. Jamais on n'aurait été capable d’avoir ce contrat-là si on n’avait pas construit Matane et livrer ce projet-là à temps, et si on n’avait pas construit notre usine de Dakota du Sud et livrer ça à temps. On compétitionnait contre des Américains et c’est nous qui sommes allés chercher la job. C’est grâce à la réputation de la compagnie et ça, on le doit à tous nos employés qui se dévouent, qui nous font confiance à travers tous ces projets-là. Et on est vraiment reconnaissant envers les employés, car c’est vraiment un gros travail d’équipe», a-t-il tenu à mentionner.

Et c’est également un bon coup pour se positionner encore davantage dans le marché. «C’est sûr que ça va aider, que ça va avoir des répercussions. Nos clients ne nous regardent plus comme une compagnie qui a une usine à Trois-Rivières, comme c’était le cas il y a dix ans», fait remarquer M. Trudel.

Marmen est reconnue comme l’un des plus grands fabricants de tours d’éoliennes en Amérique du Nord et pour fournir des services d’usinage, de fabrication et d’assemblage mécanique de haute précision aux principaux OEM du monde entier. L’entreprise possède des installations au Canada et aux États-Unis. 

Welcon basée au Danemark, est le premier fabricant mondial de tours d’éoliennes offshore et détient les droits de production mondiaux pour les fondations Stiesdal offshore flottantes et fixes. 

Equinor Wind US est une vaste entreprise énergétique œuvrant dans le domaine des énergies renouvelables. Equinor alimente désormais plus d’un million de foyers européens en énergie éolienne renouvelable provenant de quatre projets au Royaume-Uni et en Allemagne. Equinor a mis en service le premier parc éolien offshore flottant du monde en 2017 au large des côtes écossaises. Aux États-Unis, Equinor détient deux baux légaux sur la zone d’Empire Wind située à environ 32 km au sud de Long Island, et la zone de Beacon Wind qui se trouve à 96 km au large de la côte de Long Island.