Nemaska Lithium a reçu une proposition d'investissement jusqu'à 600 M$ en actions du Groupe Pallinghurst.

Nemaska Lithium reçoit une proposition d’investissement de 600 M$ du Groupe Pallinghurst

Shawinigan — L’entreprise Nemaska Lithium a reçu une proposition d’investissement de 600 millions de dollars de la part du Groupe Pallinghurst, montant qui assurera l’achèvement des travaux à l’usine de Shawinigan et à la mine de Whabouchi, dans le nord du Québec.

En février dernier, Nemaska Lithium avait noté qu’un dépassement de coût de 375 millions de dollars était à prévoir afin de terminer la construction de ses sites. Alors que l’entreprise était en recherche de solutions, les travaux à l’usine de Shawinigan avaient cessé en mars dernier afin de conserver le plus de liquidités possible.

Les travaux d’ingénierie détaillée ont cependant continué pendant ce temps, à l’usine de Shawinigan, afin d’améliorer la précision et le prix des contrats lorsque la construction reprendrait.

La proposition d’investissement de 600 millions de dollars du Groupe Pallinghurst est accueillie positivement chez Nemaska Lithium. «Je pourrais difficilement être plus heureux», commente Guy Bourassa, président et chef de direction de Nemaska Lithium.

«C’est une excellente nouvelle, toutefois, on n’a jamais perdu espoir de la continuité des opérations de Nemaska Lithium», affirme pour sa part Michel Angers, maire de Shawinigan.

L’offre du groupe prévoit un placement privé de 200 millions au prix de 0,25 $ l’action, puis un engagement de souscription qui vise à garantir la réalisation d’une offre de droits allant jusqu’à 400 millions. Nemaska Lithium entrera dans une période de négociation de trois mois avec le Groupe Pallinghurst, à la suite de laquelle une assemblée extraordinaire des actionnaires sera organisée en octobre prochain afin que ces derniers se prononcent sur la transaction.

Au cours de la période de négociations, Pallinghurst veut notamment s’assurer qu’il n’y a pas d’autres mauvaises surprises sur les coûts estimés du projet et que le financement est suffisant.

«Lorsqu’une entreprise n’a pas répondu aux attentes en ce qui a trait au budget et aux échéanciers, il est très important de faire ses devoirs un peu plus qu’habituellement», a expliqué le cofondateur et associé directeur de Pallinghurst, Arne Frandsen, au cours d’une conférence téléphonique.

Avec cette offre, le Groupe Pallinghurst deviendrait le plus important actionnaire de l’entreprise Nemaska Lithium. «Avec (le placement privé), Pallinghurst ramasse environ 46 pour cent de l’entreprise, a indiqué Guy Bourassa au cours d’une entrevue téléphonique. Il faut se rappeler que même si le contrôle est vendu à l’extérieur, cela ne change rien au fait que la mine ne peut pas être déménagée.» En mai 2018, le gouvernement du Québec avait injecté 130 millions de dollars dans l’entreprise.

L’action de Nemaska a pris vendredi 8,5 cents, ou 38,6 pour cent, à la Bourse de Toronto, où elle a clôturé à 30,5 cents.

Une offre au-delà des attentes

Cette offre va donc bien au-delà de ce que Nemaska Lithium demandait pour l’achèvement des travaux de l’usine de Shawinigan et de la mine de Whabouchi. «C’est ce qui fait que je suis très content d’avoir trouvé ce groupe-là qui voit non seulement le projet tel qu’il est actuellement, mais aussi le fort potentiel de nos activités et de ce marché-là», affirme M. Bourassa.

L’usine de production de Shawinigan transformera le concentré de spodumène, minéral qui proviendra de la mine de Whabouchi, à la Baie-James, en hydroxyde de carbone, qui sert à la production de batteries pour véhicules électriques, entre autres. L’intérêt grandissant pour l’achat de véhicules électriques rend d’ailleurs M. Bourassa «plus que confiant» de la pérennité de son entreprise. «On est convaincu que l’hydroxyde de lithium va connaître une hausse spectaculaire dans la demande», dit-il.

Même son de cloche du côté du maire de Shawinigan, qui mentionne par le fait même que plusieurs entreprises de Shawinigan se spécialisent dans ce marché, comme Elmec et AddÉnergie. «Cette usine d’hydroxyde de lithium est exactement dans un créneau qu’on porte depuis maintenant plusieurs années», indique M. Angers.

À quand la production?

Selon l’échéancier de Nemaska Lithium, la construction devrait reprendre en novembre prochain. Sans pouvoir donner de date précise, M. Bourassa mentionne qu’à la mine, la production pourrait s’amorcer huit mois après la fin des travaux, alors qu’à l’usine de Shawinigan, on parle d’un délai d’environ deux ans.

Les travaux de construction et la production commerciale créeront un nombre important d’emplois sur les deux sites de Nemaska Lithium. Durant la construction, on comptera plus de 400 travailleurs à Shawinigan et 300 à la Baie-James, alors qu’une fois la production débutée, plus de 100 emplois seront créés à l’usine et 225 à la mine.

«Elle [l’usine commerciale] va définitivement être une des plus importantes, au niveau du volume, à travers le monde», affirme M. Bourassa.
Pendant ce temps, Nemaska Lithium opère au maximum de sa capacité son usine Phase 1 à Shawinigan, qui est une usine de démonstration, et ce, depuis février 2017. «On est déjà très avancé au niveau de la reconnaissance de la qualité de notre produit et de notre procédé», indique M. Bourassa.