Madonna et Alan Parker lors d’une rencontre de presse pour «Evita», à Buenos Aires, en Argentine, en février 1996
Madonna et Alan Parker lors d’une rencontre de presse pour «Evita», à Buenos Aires, en Argentine, en février 1996

Mort du cinéaste britannique Alan Parker [PHOTOS + VIDÉOS]

Jill Lawless
Associated Press
Agence France-Presse
LONDRES — Le cinéaste Alan Parker, l’un des réalisateurs britanniques les plus prisés, est décédé vendredi à l’âge de 76 ans, a annoncé sa famille.

Il a notamment réalisé Midnight Express, Fame et Mississippi Burning. Ses films ont obtenu 10 oscars et 19 BAFA, dont celui du meilleur film en 1991 pour The Commitments. Birdy lui avait valu le Grand Prix spécial du jury au festival de Cannes en 1985.

L’académie des Oscars a rendu hommage dans un tweet à un «caméléon», un «extraordinaire talent» qui «nous manquera beaucoup».

Parker s’est éteint à la suite d’une longue maladie.

Le réalisateur est né à Londres en 1944. À l’image de nombreux autres cinéastes britanniques, comme Ridley Scott, il avait amorcé sa carrière dans la publicité.

Il s’est tourné vers la télévision, réalisant en 1974 The Evacuees qui avait remporté un prix Emmy.

L’année suivante, il scénarise et réalise un premier long métrage, Bugsy Malone, un pastiche inhabituel et exubérant des films de gangsters joué par une troupe d’enfants, dont une jeune Jodie Foster.

Il tourne ensuite le controversé Midnight Express racontant la terrible détention d’un Américain dans une prison turque. Le film a obtenu deux Oscars et valu à Parker une nomination à celui du meilleur réalisateur.

+

De gauche à droite, les acteurs John Hurt et Brad Davis, l’auteur Billy Hayes et le réalisateur Alan Parker lors de la projection de <em>Midnight Express</em> au Festival de à Cannes, en mai 1978   

Le Britannique a su varier les sujets et les genres. Shoot te Moon était un drame familial, Angel Heart un suspens occulte et Mississippi Burning, sept fois nommés aux Oscars, était un puissant drame social sur les droits civiques.

Parker a aussi tourné de nombreuses comédies musicales hors normes. Fame racontait de façon festive la vie dans un conservatoire, Pink Floyd — The Wall était un opéra rock surréaliste basé sur le célèbre album du groupe progressif. The Commitments relate les mésaventures d’un groupe de soul dans un Dublin délabré. Evita, mettant en vedette Madonna, est une bio d’Eva Perron, inspirée de la comédie musicale d’Andrew Lloyd Webber.

Il a aussi présidé l’Institut du film britannique et le Conseil du cinéma du Royaume-Uni. La reine Elizabeth II l’a nommé chevalier en 2002.

Alan Parker était l’un des rares réalisateurs à «vraiment comprendre les comédies musicales à l’écran», a tweeté le compositeur Andrew Lloyd Webber, qui avait travaillé avec lui sur ce long-métrage.

L’ancien président du festival de Cannes Gilles Jacob a salué un cinéaste «vif, brillant, prolifique» et un «esprit sarcastique».

Le «cœur brisé» par la disparition d’Alan Parker, la productrice de James Bond Barbara Broccoli a déploré une «perte énorme pour le monde du cinéma».

«Son travail mettait en exergue les éléments de sa personnalité que nous chérissions tant, intégrité, humanité, humour, irrévérence et rébellion, et surtout le spectacle», a-t-elle ajouté.

David Puttman, qui a produit plusieurs des films d’Alan Parker, a rendu hommage à celui qui était son «plus vieil et plus proche ami» et qui l’a «toujours impressionné par son talent».

«Ma vie et celle de beaucoup d’autres personnes qui l’ont aimé et respecté ne seront plus jamais les mêmes», a-t-il ajouté.
Alan Parker laisse son épouse Lisa Moran-Parker, cinq enfants et sept petits-enfants.

Willem Dafoe et Gene Hackman dans <em>Mississippi Burning</em> (1988)
Une scène de «Mississippi Burning» (1988)
Alan Parker avait reçu un prix honorifique aux BAFTA, à Londres, en février 2013.
Alan Parker à Moscou en juin 2004
Alan Parker and Bob Geldof dans Pink <em>Floyd: The Wall </em>(1982)