Les hommages ont commencé à déferler jeudi devant la résidence où a été retrouvé le corps de la petite Rosalie Gagnon, sur l'avenue de Gaulle, à Charlesbourg.

Mort de la petite Rosalie: Audrey Gagnon ne se présentait plus aux Narcotiques anonymes

Aux prises avec des problèmes de consommation, Audrey Gagnon a participé à des rencontres de Narcotiques anonymes (NA). Elle ne s’y présentait plus depuis plusieurs semaines, selon des participants avec qui Le Soleil s’est entretenu.

«Elle les fréquentait [les NA] depuis peut-être deux ans le vendredi soir, mais ça faisait deux ou trois mois qu’on ne l’avait pas vue. On n’a jamais vraiment parlé, c’était quelqu’un de très renfermé», se souvient un ancien toxicomane qui a préféré ne pas être identifié. 

Mercredi, Audrey Gagnon a été apercue sur la rue Cartier aux environs de 12h30, sans sa fille. Selon nos informations, elle se rendait dans une pharmacie pour aller chercher de la méthadone, un narcotique que les toxicomanes consomment durant un sevrage à des opiacés plus puissants.

Une autre membre des NA qui connaissait Audrey Gagnon depuis 18 mois nous a dit que celle-ci avait de «gros problèmes de drogue» et qu’elle avait déjà eu des problèmes avec la justice pour avoir «poignardé un gars». 

Audrey Gagnon, qui a plusieurs ancédédents judicaires, a écopé six mois de prison en 2014 pour agression armée et bris d’engagement. Elle a été condamnée à six autres mois de prison deux ans plus tard pour voies de fait contre une policière et menaces. 

«Je n’étais pas proche d’elle, nous faisions du meeting ensemble. Elle avait l’air gentille à première vue. Mais elle ne se cachait pas d’avoir poignardé quelqu’un dans le passé», a témoigné notre interlocutrice, qui a aussi demandé de demeurer anonyme. Selon elle, Audrey Gagnon ne parlait jamais de sa fille. «Elle était très silencieuse sur sa vie», se souvient la jeune femme, qui a confié être «sous le choc» depuis l’arrestation d’Audrey Gagnon.

Il n’y a d’ailleurs aucune photo de Rosalie sur les pages Facebook d’Audrey Gagnon, prises d’assaut par des internautes en colère au cours des dernières heures. Amatrice de métal, fan de Marylin Manson, la jeune femme originaire de Chicoutimi, qui a inscrit «veuve» comme statut amoureux, semble aussi avoir une affection particulière pour les chats et les félins. 

Un drame pour la famille

L’oncle d’Audrey Gagnon, Steeve Gagnon, s’est exprimé sur sa page Facebook sur le terrible drame que vit sa famille. «Aujourd’hui [mercredi], on a perdu notre petite Rosalie, la petite dernière de la grande famille Gagnon», écrit le grand-oncle de Rosalie, qu’il compare à un «petit ange». 

M. Gagnon raconte avoir poussé un soupir de soulagement «l’instant d’un moment» lorsque les policiers ont informé la famille qu’ils venaient de retrouver Audrey, mercredi après-midi. Mais dès qu’il a appris que la petite Rosalie n’était pas avec elle, il a «commencé à craindre le pire». 

«Au moment où on a été informé qu’ils venaient de la retrouver et qu’elle était décédée, la nouvelle a eu l’effet d’une bombe, confie-t-il. On n’arrive toujours pas à le croire, on a l’impression de faire un cauchemar, et maintenant, on doit en aviser notre mère qui est âgée de 82 ans et qui a une santé fragile.»

Selon lui, «une maman qui pose un pareil geste doit tellement souffrir pour en arriver là». «C’est juste impensable, incompréhensible pour nous, mais l’avenir nous en dira peut-être plus», écrit celui qui a bercé la petite Rosalie, «qui se laissait bercer sans rien dire, elle faisait juste apprécier». 

Au passage, Steeve Gagnon a décoché une flèche à l’endroit des journalistes qui l’ont assailli «comme une bande de requins assoiffés de sang». «Pouvez-vous nous laisser vivre ce drame en paix SVP», supplie-t-il.

LIRE AUSSI:

Pas d'inculpation de meurtre pour l'instant, Audrey Gagnon demeure détenue

«On travaille avec des humains», dit la DPJ

L’oncle d’Audrey Gagnon, Steeve Gagnon, s’est exprimé sur sa page Facebook sur le terrible drame que vit sa famille.