L’aéroport de Mont-Joli a accueilli, jeudi matin, le plus gros avion de son histoire. Pour la première fois, 92 passagers ont pu quitter vers le Sud sur les ailes de Sunwing.

Moins cher de voyager dans le Sud qu’au Québec

MONT-JOLI – Depuis jeudi, il est possible de s’envoler en partance de Mont-Joli vers Santo Domingo, en République Dominicaine, pour 1100 $ aller-retour sur les ailes de Sunwing. Ce tarif de dernière minute inclut le vol, l’hôtel, les repas et toutes les consommations pour une semaine. Il en coûte le même prix avec Pascan Aviation pour uniquement le vol des Îles-de-la-Madeleine à Bonaventure, en Gaspésie. La durée du trajet est de 45 minutes.

Une recherche de dernière minute sur le site de réservation d’Air Canada pour des vols aller-retour effectués au Québec nous propose des tarifs presque similaires. Un vol de Gaspé à Québec se détaille 1047 $. Des Îles-de-la-Madeleine à Québec, c’est 945 $. De Mont-Joli à Montréal, il faudra débourser 940 $. Rappelons qu’à ces prix, il n’y a aucun hébergement, ni repas d’inclus. Comment peut-on expliquer cela?

«Chaque marché que nous desservons est unique et la tarification n’est pas uniquement basée sur la distance parcourue, explique la chef de service des relations avec les médias, Isabelle Arthur. Tout comme de nombreux biens, services et produits en région, le prix des billets d’avion est proportionnellement plus élevé. Il nous coûte plus cher d’exploiter des vols dans des collectivités éloignées que dans des collectivités plus importantes, tout comme il en coûte davantage de fournir tout autre service.» La porte-parole d’Air Canada précise que la compagnie suggère des tarifs concurrentiels avec des réductions pouvant atteindre 30 % si les réservations sont faites de 45 à 60 jours d’avance. 

Hélène Simard de Matane est une habituée des voyages dans le Sud. Jeudi à l’aube, elle était du voyage inaugural de Sunwing au décollage de Mont-Joli, en direction de la République Dominicaine. Même si elle a dû payer un supplément pour un forfait en occupation simple, elle était impressionnée du tarif de 1300 $ pour la semaine de Noël en formule tout inclus. «Les prix sont vraiment bons», se réjouissait-elle. Rendue à destination, des amis de Montréal venaient se joindre à elle. «J’ai payé moins cher qu’eux», s’étonnait-elle.

Les dirigeants de Sunwing avaient promis qu’il n’en coûterait pas plus cher de partir de Mont-Joli que de Montréal. «Il y a même des départs qui sont moins chers, assure la représentante des ventes de Sunwing, Pascale Raymond. Deux agents de voyage sont venus me dire qu’il y avait des dates et des hôtels qui étaient moins chers en partant de Mont-Joli que de Montréal et de Québec.» 

Comment explique-t-on cela? «C’est l’offre et la demande, fait-elle comme réponse. Si on a moins de sièges de Montréal ou de Québec, on va monter nos prix. Si on a encore de la disponibilité, on va baisser nos prix.» Selon la femme originaire de Rimouski, un aspect pèse aussi dans la balance : «Sunwing est une compagnie qui a toujours cru aux régions, souligne Mme Raymond. Ils partent de petits aéroports. Ça coûte un peu plus cher à cause des taxes d’aéroport et du prix du carburant. Par contre, la réponse est tellement bonne, qu’on est regagnants! Sunwing est une compagnie qui fait des profits à chaque année. Quelque part, c’est parce que c’est payant!»

Vol historique 

Pour la première fois dans l’histoire de Mont-Joli, 92 passagers partaient célébrer Noël dans le Sud sur les ailes de Sunwing en partance de l’aéroport de l’endroit. C’était aussi la première fois que la nouvelle piste récemment allongée accueillait un charter aussi gros: un Boeing 737. 

C’était aussi une première que la vérification des passeports se faisse à partir de la zone sécurisée de l’aérogare de Mont-Joli puisque les passagers qui quittaient pour la République Dominicaine demeuraient dans l’avion pendant leur escale d’environ 50 minutes à l’aéroport Montréal-Trudeau.

Malgré le froid mordant qui sévissait et l’obscurité de la nuit, plusieurs curieux sont venus observer l’arrivée de ce gros oiseau qui a atterri vers 5h30, en provenance de Bagotville. Son départ a cependant été retardé d’environ 20 minutes puisque les contrôleurs aériens ont donné la priorité à l’avion-ambulance qui venait chercher un patient à Mont-Joli. Dès que le Challanger a arrêté ses moteurs, le Boeing de Sunwing a pu amorcer son décollage.