Les corps de Jean-Christophe Gilbert et Steve Lamy ont été retrouvés dans un véhicule calciné dans le secteur Sainte-Marthe-du-Cap, sur le chemin Bradley.

Meurtres de Steve Lamy et de Jean-Christophe Gilbert: une troisième arrestation en moins d’une semaine

TROIS-RIVIÈRES — En moins d’une semaine, un troisième individu vient d’être arrêté en lien avec les meurtres de Steve Lamy et Jean-Christophe Gilbert et la découverte de leurs corps calcinés dans une voiture.

Après Noémie Morin et Mauricio Peralta Severino arrêtés le 28 février, la Sûreté du Québec a en effet procédé, mercredi matin, à l’arrestation d’un homme dans une résidence de la rue Napoléon à Trois-Rivières. Il aurait été impliqué de près ou de loin dans cette sordide histoire. Cependant, la Sûreté du Québec a refusé de donner de plus amples détails pour l’instant, voire même de le relier à l’enquête sur les meurtres de Steve Lamy et Jean-Christophe Gilbert. 

On devrait en apprendre un peu plus jeudi matin sur les gestes qui lui sont reprochés lors de sa comparution. Son identité et les accusations qui seront portées contre lui pourront alors être dévoilées officiellement.

Il s’agit cependant de la cinquième arrestation à survenir dans cette virée meurtrière qui avait aussi entraîné la mort de la jeune Ophélie Martin-Cyr. René Kègle et Francis Martel ont déjà été arrêtés et accusés en lien avec le meurtre de celle-ci et une tentative de meurtre sur une autre jeune fille. En ce qui concerne les meurtres de Steve Lamy et Jean-Christophe Gilbert, aucune accusation n’a encore été portée contre Kègle, bien que de forts soupçons pèsent sur lui. L’enquête policière est toujours en cours. 

L’arrestation de cet autre individu coïncidait par ailleurs avec le retour devant le tribunal de la jeune Noémie Morin mercredi. La Bécancouroise de 24 ans est accusée du meurtre au premier degré par le biais de la complicité de Steve Lamy, de séquestration et d’extorsion toujours par le biais de la complicité. Elle doit aussi répondre à des accusations de vol qualifié en utilisant une arme à autorisation restreinte et de complicité après le fait dans le meurtre de Steve Lamy. 

La communication de la preuve se poursuit toujours dans cette affaire. Son avocat, Me Alexandre Biron, a par ailleurs annoncé au tribunal qu’il déposait une requête en Cour supérieure pour obtenir sa libération durant les procédures judiciaires. Sa cliente s’est dite prête à aller suivre une thérapie fermée à la Maison Carignan. Elle a d’ailleurs été rencontrée mercredi matin par des intervenants qui ont accepté de l’admettre au centre de désintoxication. 

En raison de la gravité des accusations portées contre elle, principalement pour le meurtre au premier degré et la complicité après le fait, sa détention est en effet automatique. Si elle veut pouvoir recouvrer sa liberté, elle doit passer par la Cour supérieure. Son dossier a donc été reporté au 13 mars pour la forme. D’ici là, le procureur de la Couronne, Me Benoît Larouche, prendra connaissance de cette requête. Il pourrait en effet consentir à ce qu’elle soit libérée avant une audition en Cour supérieure, et ce, afin de suivre une thérapie. Sinon, ce sera à un juge de décider de son sort pour les prochaines semaines. 

On sait que la prévenue n’a aucun antécédent judiciaire. Et tel que l’avait précisé Me Larouche, elle n’est pas celle qui aurait tué directement Steve Lamy étant plutôt accusée d’avoir aidé une autre personne à commettre ce meurtre au premier degré, d’où l’accusation de complicité. 

Quant à  Mauricio Peralta Severino de Laval, cet homme de  29 ans arrêté en même temps que Noémie Morin, il revient devant la cour ce jeudi. Il est pour sa part accusé de complicité après le fait dans le meurtre de Jean-Christophe Gilbert et d’outrage à son cadavre. 

À la lumière des accusations portées à ce jour, on sait maintenant que Steve Lamy a été assassiné le 8 octobre. En ce qui concerne Jean-Christophe Gilbert, sa dépouille a été démembrée le 8 octobre également. Les deux corps ont ensuite été jetés dans le véhicule de Steve Lamy. Deux jours plus tard, soit le 10 octobre, le véhicule calciné avait été retrouvé dans le secteur Sainte-Marthe-du-Cap, sur le chemin Bradley. Toujours le 10 octobre, Ophélie Martin-Cyr a été assassinée dans un champ de Yamachiche. Son amie avait réussi à échapper aux suspects, René Kègle et Francis Martel, en sautant de la voiture en marche.