Le site du marché aux puces pourrait se métamorphoser au cours des mois à venir si le projet récréotouristique voit le jour.

Mégaprojet près de la sortie 78 à Bromont

Bromont pourrait devenir la Mecque du tennis dans la région. C’est du moins la prémisse d’un projet d’envergure qui prendrait forme près de la sortie 78 de l’autoroute 10. En plus d’un vaste complexe sportif, le promoteur veut construire un hôtel, auquel doivent se greffer quelques restaurants complémentaires à l’offre actuelle dans le secteur. Des discussions sont également en cours avec Transdev pour aménager un stationnement incitatif sur le terrain de 1,6 million de pieds carrés.

Le tennis vit son heure de gloire au Canada grâce à de jeunes vedettes montantes comme Bianca Andreescu, Félix Auger-Aliassime et Denis Shapovalov. Le promoteur Raymond Lapointe croit que cet engouement est là pour durer et compte faire de Bromont une destination incontournable au Québec pour les amateurs des sports de raquette. « Le tennis est en pleine effervescence et le pickleball est aussi en pleine croissance. On croit que jumeler les deux sports dans un même complexe est gagnant », a indiqué le président d’Investissements Nomali.

Le complexe sportif intérieur projeté aurait une superficie de 250 000 pieds carrés, incluant l’aire de stationnement dédié. « On parle de 6 à 8 terrains de tennis et [autant] pour le pickleball », a indiqué M. Lapointe, précisant que les courts devront répondre aux normes internationales afin d’accueillir des tournois provinciaux et nationaux. Par ailleurs, l’homme d’affaires affirme être en pourparlers avec Tennis Québec pour un partenariat.

L’immeuble doit également abriter une salle de conférence ainsi qu’une salle d’entraînement au second étage. 

Le président d'Investissements Nomali, Raymond Lapointe, pilote le projet.

Hébergement

Afin d’offrir une offre globale aux visiteurs, le promoteur veut construire un hôtel autoroutier de quatre étages. « On vise un établissement trois étoiles et demi, avec des chambres abordables, pour desservir la clientèle des terrains de tennis et les gens qui veulent faire du ski la fin de semaine », a-t-il mentionné. 

Une modification au zonage sera nécessaire pour que le projet d’hébergement puisse se concrétiser, car la norme actuelle permet les immeubles d’un maximum de trois étages. Les élus ont déposé, lundi, un avis de motion en ce sens, en plus d’adopter un premier projet de règlement concernant l’initiative commerciale intégrée. Selon le promoteur, un plus petit établissement ne serait pas viable. « La rentabilité d’un hôtel, à moins de quatre étages, c’est très difficile. Il faut penser en hauteur plutôt qu’en largeur. »

Des discussions sont en cours avec différentes bannières, mais aucun choix n’est arrêté pour l’instant. « On veut prendre le temps de bien étudier le dossier pour répondre aux exigences de la Ville, a dit M. Lapointe. [...] On ne veut pas arriver avec nos gros sabots. C’est très important pour nous d’évoluer avec les gens en place. »

Une aire sera également dédiée à la restauration. Encore une fois, Investissements Nomali ne souhaite pas bousculer les entreprises de ce créneau établies à proximité du site, connu localement comme le « marché aux puces ».

Transport en commun

Le projet comporte un important volet de transport en commun. En ce sens, une vaste portion du site de 1,6 million de pieds carrés serait dédiée à un stationnement incitatif. La porte-parole de Transdev, Camille Bouillier, a confirmé que des pourparlers sont en cours avec le promoteur et la Ville pour établir un point de service sur le vaste site. L’initiative serait liée au service de navette projeté par la Ville et ses partenaires.

Or, le transporteur opère en ce moment à partir du stationnement incitatif de la sortie 74. Transdev abandonnerait-il cet endroit ? Serait-il possible de maintenir les deux arrêts ? Mme Bouillier est demeurée évasive à ce sujet. « On regarde toutes les options. »

L’accessibilité du site, les conditions de sécurité et l’affluence sont quelques-uns des critères que prend en compte l’entreprise dans l’analyse en cours pour « améliorer la qualité du service aux voyageurs ». « Il y a un grand intérêt à avoir un stationnement incitatif à la sortie 78. Ne serait-ce pour donner une option autre que l’automobile pour se promener dans la ville », a fait valoir le directeur général de Bromont, Éric Sévigny.

Si tout se déroule comme prévu, le projet d’ensemble serait lancé le printemps prochain, au plus tard à l’automne 2020.