Mauvais payeurs: Hydro prévoit perdre 112 M$

Les mauvais payeurs sont encore nombreux chez Hydro-Québec. La société d’État prévoit être privée de revenus de 111,7 millions $ en 2018, a appris Le Soleil.

Selon des documents déposés à la Régie de l’énergie, il pourrait s’agir de l’année la plus sombre depuis 2012.

En fait, Hydro-Québec estime que les mauvaises créances s’élèveront à 93,4 millions $ cette année. À ce montant, il faut ajouter le rabais sur les ventes destinées aux ménages à faible revenu. Il devrait être d’environ 18,3 millions $ en 2018.

«On comprend qu’il y a des clients qui ont des difficultés à payer, c’est pourquoi nous avons des processus d’ententes. Nous avons toutefois besoin que ces gens respectent leur accord pour qu’on obtienne les sommes impayées. Sinon, c’est l’ensemble des clients qui assume ces coûts», indique Louis-Olivier Batty, attaché de presse chez Hydro-Québec.

Toujours selon les documents d’Hydro-Québec, entre 2012 et 2017, le distributeur a été privé de recettes de plus d’un demi-milliard de dollars, entre autres, en raison des factures impayées et des rabais octroyés dans le cadre de son programme de soutien aux ménages. Ce sont exactement 686,7 millions $ qui n’ont pas abouti dans ses coffres.

L’an dernier, la facture pour les mauvaises créances et les rabais pour les ménages à faible revenu s’étaient élevés à 91,4 millions $. Il s’agit d’une différence de 20,3 millions $ par rapport aux prévisions pour 2018.

«Ce qui explique en partie cette augmentation, c’est le fait que nous sommes à l’écoute de notre clientèle à faible revenu. Oui, nous donnons des rabais plus généreux que par le passé», note M. Batty.

Par ailleurs, les coûts opérationnels de la stratégie pour la clientèle à faible revenu ne sont également pas comptabilisés dans ces montants. Ils devraient être de 6,9 millions $ cette année.


« Ce qui explique en partie cette augmentation, c’est le fait que nous sommes à l’écoute de notre clientèle à faible revenu. Oui, nous donnons des rabais plus généreux que par le passé »
Louis-Olivier Batty, attaché de presse chez Hydro-Québec

Ententes

Au cours des dernières années, le distributeur d’électricité a tenté de serrer la vis aux mauvais payeurs, en diminuant notamment le nombre de jours accordés avant l’envoi de ses avis de retard.

La société d’État a également vu son nombre d’ententes de paiement personnalisées avec ses clients en difficultés financières bondir de 49 %, entre 2012 et 2017. En 2012, on dénombrait 154 000 clients qui avaient conclu une entente avec Hydro-Québec, comparativement à 229 600, l’an dernier.

Pour 2019, le distributeur d’électricité a demandé à la Régie de l’énergie l’approbation d’une hausse tarifaire de 0,8 % pour l’ensemble de ses clients résidentiels et ses clients d’affaires.

En chiffres
2012  86,6 millions $
2013  92,9 millions $
2014  100,5 millions $
2015  105,2 millions $
2016  98,4 millions $
2017 91,4 millions $
2018 (prévisions)  111,7 millions $
Note : le montant comprend les mauvaises créances ainsi que les rabais pour les ménages à faible revenu