Martin Gougeon lors d’une répétition de Circo Klima

Martin Gougeon au Chili: la vie comme un cirque !

Depuis le début du mois de septembre, Martin Gougeon est plongé dans l’univers du cirque... à près de 9000 kilomètres d’ici ! Le Granbyen a mis au monde la production Circo Klima qui sera présentée un peu partout au Chili, où il se trouve encore pour quelques jours.

Celui qui est comédien, auteur, directeur artistique et enseignant ajoute ainsi une nouvelle expérience à son CV déjà bien garni.

« C’est un gros show de cirque dont la générale publique aura lieu ce vendredi, et qui partira ensuite en tournée pour une soixantaine de représentations dans plusieurs villes du pays, dont la capitale Santiago », explique Martin Gougeon, en précisant que dans la métropole, le cirque se produit dans l’équivalent du Centre Bell à Montréal.

Mais comment diable s’est-il retrouvé aussi loin, au coeur d’un projet de cette envergure ? C’est que depuis quelques années, il s’occupait déjà de la scénarisation — à distance — pour la compagnie Circo Jumbo, qui produit ce spectacle.

Mais voilà, l’an dernier, la metteure en scène et chorégraphe Catherine Archambault, qu’il connaissait de longue date, lui a fait une offre qu’il pouvait difficilement refuser : devenir co-metteur en scène et auteur de la production.

« Catherine est ma partenaire dans ce projet. On fait le travail à deux, car il y a tellement de choses à voir. On a une cinquantaine d’artistes sur scène et environ 40 personnes autour de la production », dit-il.

Parmi elles, un beau noyau de Québécois participe à la création de Circo Klima - La Terre ne peut attendre, dont certains sont issus du Cirque du Soleil. Ensemble, ils ont bâti le spectacle au cours des derniers mois, avant de débarquer en sol chilien pour le monter.

« Là-bas, ils n’ont pas la même expertise que la nôtre dans la production des arts de la scène. C’est pour cette raison qu’ils font appel à nous. »

En créant la production, Martin Gougeon a marié le cirque pur — avec clowns, numéros acrobatiques et tout —, et le théâtre, à travers une histoire concrète gravitant autour des changements climatiques. « Avec Catherine, on voulait un thème actuel et porteur. Ce sujet est dans l’air du temps. »

Après avoir trouvé le titre de ce spectacle familial, Martin a d’ailleurs été ravi de découvrir que l’importante Conférence sur le changement climatique (COP 25) se déroulera à Santiago en décembre 2019. Une belle coïncidence !

Artistes internationaux

Dans cette aventure, l’homme de théâtre vit un véritable dépaysement. Alors que c’est le début du printemps au Chili, il peut admirer chaque jour les sommets enneigés de la cordillère des Andes, tout en pratiquant son espagnol. Et en côtoyant des artistes venus des quatre coins du monde.

« Ils viennent de la Mongolie, de la Chine, du Japon, du Chili, de l’Ukraine... C’est l’fun, mais c’est tout un défi en même temps. Pour expliquer quelque chose aux Mongols, il faut passer du français à l’espagnol, de l’espagnol au russe, puis du russe à leur langue ! »

Comme il s’y attendait, ces cinq semaines n’auront pas été des vacances pour Martin Gougeon. Vous ne l’entendrez pas s’en plaindre, cependant.

« On travaille beaucoup, six jours par semaine, souvent 12 heures par jour, mais c’est une belle équipe et on a du plaisir. Et en travaillant avec des gens d’ici, j’ai quand même l’impression d’être très imprégné de la culture. Ce sont de belles rencontres. »