Des centaines de chauffeurs de taxi manifestaient devant l’Assemblée nationale, mercredi.

Manifestation des chauffeurs de taxi à Québec [VIDÉO]

QUÉBEC - Peu impressionné par les manifestations de chauffeurs de taxi mercredi à Québec, le gouvernement Legault se dit ouvert à augmenter les redevances pour moderniser l’industrie, mais reste loin des 1,3 milliard $ réclamés par les chauffeurs en indemnisation pour la déréglementation à venir.

Le ministre des Transports, François Bonnardel, a laissé entendre mercredi qu’il pourrait bonifier le régime de redevances prévu de 0,20 $ par course, qui pourrait totaliser entre 10 et 13 millions $ par an.

Venus de partout au Québec pour protester contre le projet de loi 17 sur la déréglementation de l’industrie, les centaines de chauffeurs exigent davantage.

Ils sont en désaccord complet avec le projet de loi dont l’étude s’amorçait mercredi en commission parlementaire. Si toutefois le gouvernement poursuit sur sa voie «tyrannique» qui mène à la «disparition» de l’industrie, les propriétaires exigent d’être pleinement indemnisés pour la valeur de leur permis calculée avant l’arrivée de la multinationale Uber et son application, a expliqué un des représentants de l’industrie, Abdallah Homsy, en mêlée de presse.

L’indemnisation totale réclamée pour les détenteurs de permis atteindrait 1,3 milliard $, un montant bien supérieur aux 500 millions $ proposés par le gouvernement.

En vertu du projet de loi, l’ensemble des chauffeurs, qu’ils soient de l’industrie traditionnelle du taxi ou occasionnels au service d’une application comme Uber, devra répondre aux mêmes normes.

Tous devront avoir:

- un permis de classe 5, plutôt que la classe 4C des chauffeurs de taxi actuels;

- une formation minimale dont la durée reste à déterminer;

- réussi un examen;

- été soumis à une vérification des antécédents judiciaires.

Le gouvernement mettrait fin:

- aux territoires exclusifs réservés et au contingentement des taxis;

- à l’immatriculation T réservée aux taxis;

- à l’inspection annuelle.

+

Des centaines de chauffeurs de taxi manifestaient devant l’Assemblée nationale, à Québec, mercredi.