Lorne Grabher, avec sa plaque personnalisée sur une photo datant de 2017, affirme que la Nouvelle-Écosse a violé son droit à la liberté d’expression.

M. Grabher songe à en appeler du retrait de sa plaque personnalisée

HALIFAX — Un homme de la Nouvelle-Écosse prévoit en appeler d’un jugement qui confirmait la décision de la province de révoquer sa plaque d’immatriculation à son nom d’origine austro-allemande «Grabher» — qui est toutefois un homonyme de «pogne-la» en anglais.

Lorne Grabher affirme que la province a violé son droit à la liberté d’expression, mais la Cour suprême de la Nouvelle-Écosse a conclu en janvier que ce droit constitutionnel ne s’étend pas aux plaques d’immatriculation, qui appartiennent au gouvernement.

La plaque, que M. Grabher détenait depuis près de 30 ans, avait été révoquée en 2016 par le Bureau des véhicules automobiles. L’agence avait reçu une plainte d’une citoyenne qui soutenait que cette plaque encourageait la haine envers les femmes.

Donald Trump avait utilisé l’expression en 2005 — «Grab her by the pussy» — dans une conversation privée qui avait été enregistrée à son insu; la bande sonore avait été publiée pendant la campagne présidentielle américaine de 2016.

La juge Darlene Jamieson a conclu en janvier que les plaques d’immatriculation ne sont pas des «espaces publics» qui permettent la libre expression. La juge a expliqué que la fonction principale d’une plaque d’immatriculation n’est pas l’expression, mais l’identification et la réglementation de la propriété d’un véhicule. «Une plaque d’immatriculation est par sa nature un espace gouvernemental privé», a-t-elle estimé.

Selon le Centre de justice pour les libertés constitutionnelles, un organisme de Calgary qui soutient M. Grabher, il n’y a aucune preuve que quelqu’un a commis une agression sexuelle parce qu’il a vu cette plaque d’immatriculation. «La plaque est une expression de la fierté de la famille Grabher depuis trois générations, reflétant leurs racines et leur héritage germano-autrichien», a plaidé lundi le centre dans un communiqué.