David Pavot sera le titulaire de la nouvelle chaire de recherche.
David Pavot sera le titulaire de la nouvelle chaire de recherche.

L’UdeS annoncera une chaire de recherche sur l’antidopage

Jérôme Gaudreau
Jérôme Gaudreau
La Tribune
En plus d’accueillir le siège de l’Agence mondiale antidopage, c’est au Québec qu’une chaire de recherche mondiale sur l’antidopage dans le sport sera créée, plus précisément à l’Université de Sherbrooke, campus Longueuil. L’UdeS et l’AMA annonceront la création de cette chaire le 11 février aux bureaux de l’Agence située à la Place Victoria, à Montréal.

Selon l’UdeS, il s’agit d’une « première mondiale en recherche, qui visera à faire la lumière sur la gestion de la lutte antidopage dans le sport international ».

David Pavot, le titulaire de la chaire de recherche, sera alors sur place pour détailler son projet financé par l’AMA. La chaire abordera entre autres la question du droit, de la politique, de l’économie, des biotechnologies, et de la gestion.

Le directeur général de l’AMA, Olivier Niggli, sera également présent au lancement, tout comme Jean-Pierre Perreault, vice-recteur à la recherche et aux études supérieures à l’UdeS, Vincent Joli-Coeur, président du conseil d’administration de la Fondation de l’UdeS, et François Coderre, doyen de l’École de gestion à l’UdeS.

Selon ce qui a été rapporté par Radio-Canada, le financement obtenu serait de l’ordre d’un million de dollars sur cinq ans et l’UdeS aurait aussi l’intention de mettre sur pied le premier diplôme d’études supérieures spécialisées sur le dopage dans le sport en 2021. À l’automne 2021, le lancement d’une revue scientifique serait également effectué.

L’AMA annoncerait officiellement un partenariat entre les deux institutions le 11 février prochain à Montréal, accentuant ainsi l’idée que le Québec est devenu le premier pôle mondial de l’antidopage.

La chaire de recherche sur l’antidopage serait développée à l’Université de Sherbrooke, campus Longueuil.