Loblaw a dévoilé mercredi un bénéfice de 286 millions $ au deuxième trimestre, essentiellement inchangé par rapport au même trimestre l’an dernier.

Loblaw admet s’être montrée trop «zélée» avec les algorithmes

La plus grande chaîne d’épiceries et de pharmacies du pays a vu les ventes de ses magasins ouverts depuis au moins un an stagner au plus récent trimestre, admettant s’être montrée «trop zélée» dans son recours aux algorithmes utilisant les données des consommateurs, ce qui a nui à ses profits.

Loblaw, établie à Brampton, en Ontario, a dévoilé mercredi un bénéfice de 286 millions $ au deuxième trimestre, essentiellement inchangé par rapport au même trimestre l’an dernier.

Toutefois, les ventes des magasins comparables, un indicateur clé du commerce de détail, n’ont augmenté que de 0,6 % dans ses enseignes d’alimentation, qui comprennent notamment Loblaws, Provigo, Maxi & Cie et l’InterMarché. La croissance des ventes des magasins ouverts depuis au moins un an a ralenti par rapport à la même période l’an dernier, alors que cet indicateur montrait une hausse de 0,8 %.

Au plus récent trimestre, le trafic dans ce segment a diminué, mais la taille du panier des consommateurs a augmenté.

«Nous ne sommes pas satisfaits de cette performance», a observé mercredi la présidente des Compagnies Loblaw, Sarah Davis, lors d’une conférence téléphonique avec les analystes.

La faible croissance des ventes chez les épiciers est survenue alors que la société s’appuyait sur des algorithmes axés sur la rentabilité et l’accroissement des marges — soit la différence entre les revenus et les coûts des produits —, ce qui a réduit l’attention portée sur les promotions pour attirer les clients dans les magasins.

«Nous nous sommes retrouvés avec un moins grand nombre de produits en promotion dans nos circulaires», a-t-elle noté à propos de cette stratégie, ce qui a nui aux ventes.

Loblaw a commencé à utiliser des stratégies soutenues par les données au premier trimestre de 2018, d’abord dans sa division des marchés puis dans d’autres catégories, puisqu’elle a enregistré des résultats positifs avec des améliorations dans ses marges, a-t-elle expliqué. Au troisième trimestre de cet exercice, certains éléments de la technologie étaient également intégrés à la division des rabais de Loblaw.

«Nous savons exactement ce que nous avons fait, et nous nous sommes concentrés sur l’amélioration des marges», a-t-elle affirmé au cours de la conférence, alors que des analystes s’interrogeaient sur les faibles performances des ventes comparables. «Et dans l’excitation de voir des améliorations de marge dans certaines catégories alors que nous commencions à mettre en œuvre certains algorithmes, nous avons été trop zélés.»