En s’appuyant sur sa propre expérience «d’historien-gameur» sur Twitch, François Lafond a cru que le jeu vidéo pouvait être une porte d’entrée intéressante pour intéresser les adeptes à l’histoire.

L’histoire enseignée par le jeu vidéo

«On voit les historiens comme des rats de bibliothèque enfermés dans leur tour d’ivoire sous une pile de livres poussiéreux», laisser tomber l’historien François Lafond. Qu’à cela ne tienne. Lui, a plutôt décidé d’investir la plateforme web Twitch, afin d’y transmettre sa science.

Twitch est un service de diffusion de jeu vidéo et d’émissions lancé en juin 2011, puis acheté par Amazon en 2014, pour la somme de 970 millions de dollars. La plateforme dépasse les 15 millions de visiteurs par jour, et réunis en moyenne, plus de 100 000 spectateurs par diffusion en direct. Près de 55 % de ses utilisateurs ont entre 18 et 34 ans. 

En s’appuyant sur sa propre expérience «d’historien-gameur» sur Twitch, François Lafond a cru que le jeu vidéo pouvait être une porte d’entrée intéressante pour intéresser les adeptes à l’histoire. Sous le pseudonyme Hell Frank, il a démarré sa propre chaîne, il y a un an et demi. 

L’archiviste à la Commission scolaire des Phares, à Rimouski, désirait ainsi connecter le monde universitaire, souvent replié sur lui-même, et l’industrie du jeu vidéo.

«L’idée est de vulgariser l’histoire sans diminuer la rigueur des propos», a-t-il fait valoir lors de la conférence Quand le jeu vidéo enseigne l’histoire, organisée par les fêtes de la Nouvelle-France au Musée de la Civilisation de Québec. La conférence était d’ailleurs diffusée en direct sur Twitch. 

Piquer la curiosité

Entre Assassin's Creed, God of War ou Kingdom Come: Deliverance, tous des jeux à teneur historique, il raconte les éléments historiques rencontrés au rythme de sa quête virtuelle. 

Dans le huitième épisode de la série God of War, le personnage principal Kratos, tente d'oublier son passé en s'exilant sur la terre nordique de Midgard. À un certain moment, le symbole de la compagnie Bluetooth apparait. «Le roi viking Harald Blåtand est parvenu à unir différentes tribus au sein d’un même royaume. Bluetooth s’est inspiré du roi parce que sa mission est d’unifier des appareils numériques à distance», explique l’historien. 

François Lafond est suivi par plus de 2500 personnes, récolte entre 150 et 300 abonnés mensuels et cumule 70 000 vues au total. Il diffuse du contenu en direct deux ou trois fois par semaine, ralliant entre 30 et 60 personnes du Québec, de l’Ontario, des Maritimes, de Belgique ou de France, puisque 95% de ses diffusions sont en français. Quelque 62 % des diffusions sur Twitch sont en anglais, rappelle François Lafond.

Malgré des informations historiques parfois lourdes et savantes, selon lui, les abonnés demeurent. 

L’ancien animateur de CHYZ 94,3, la radio de l’Université Laval, cumule plus de 20 ans d’expérience dans domaine du jeu vidéo. Il sait comment expliquer l’histoire aux autres adeptes, donc. «La réception est incroyable», dit-il. Sur les 150-200 diffuseurs québécois sur Twitch, je suis le seul historien québécois.» 

Sur YouTube, les émissions Nota Bene de Benjamin Brillaud, et L'Histoire nous le dira du professeur au département des sciences humaines de l’UQTR et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en histoire des loisirs et des divertissements, Laurent Turcot, tentent également de présenter l’histoire de façon ludique. Le professeur a notamment été consultant pour l’opus Unity d’Assassin's Creed

François Lafond estime que le média vidéoludique pourrait davantage être utilisé par les établissements d’enseignement. «Ça permet de piquer la curiosité.» 

Il cite l’exemple de Gabriel Girard, 26 ans, un éducateur spécialisé adepte de jeux vidéo. Depuis janvier, il offre son aide aux joueurs du lundi au jeudi, entre  22h30 et 1h, sous le pseudonyme «Intervenant Gamer».