Gatineau enregistre la hausse des ventes de propriétés la plus importante avec 15 %, tandis que Trois-Rivières (12 %), Saguenay (9 %), Sherbrooke (8 %) et Québec (6 %) suivent.

Les ventes résidentielles en hausse de 6 % au Québec

Le plein emploi et la confiance des consommateurs donnent un coup de fouet aux ventes de propriétés, qui ont atteint un record entre avril et juin.

Au Québec, 27 037 maisons, condos ou plex ont changé de propriétaires ces trois derniers mois, une hausse de 6 % par rapport à la même période en 2017. Alors qu’auparavant, l’action immobilière était surtout concentrée à Montréal, plusieurs autres villes du Québec voient cette fois leur marché immobilier reprendre de la vigueur.

Gatineau enregistre la hausse des ventes de propriétés la plus importante avec 15 %, tandis que Trois-Rivières (12 %), Saguenay (9 %), Sherbrooke (8 %) et Québec (6 %) suivent.

«Il y a moins de maisons de marché, mais il y a plus de maisons qui se vendent. On sent que les gens qui ont des emplois stables se dépêchent d’acheter avant que les taux d’intérêt montent», explique Paul Cardinal, directeur du service Analyse du marché de la Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ), qui a sorti les chiffres.

M. Cardinal soutient que la FCIQ s’attendait à une bonne année en 2018, mais pas à fracasser des records. Surtout que de nouvelles règles hypothécaires encore plus restrictives sont entrées en vigueur en janvier.

«Ça démontre que les gens qui achètent ont les moyens financiers pour acheter. On voit beaucoup de deuxièmes acheteurs ou des acheteurs d’expérience sur le marché», exprime-t-il.

Dans la région de Québec, où le marché immobilier est plutôt stagnant depuis quelques années, M. Cardinal voit se poindre «une embellie», qui pourrait durer au moins toute l’année. Le marché des maisons unifamiliales est presque équilibré, tandis qu’il reste encore un surplus important de condos sur le marché.

Depuis 2014, il faut compter en moyenne plus de 100 jours pour vendre sa résidence dans la région de Québec. Le début d’embellie actuel pourrait raccourcir un peu les délais pour les vendeurs, prévoit M. Cardinal.