Martine et Marilou Doyon ont foulé le tapis rouge du festival international du film de la Seconde Guerre mondiale. Des acteurs de la série Band of Brothers, créée par Tom Hanks et Steven Spielberg, étaient sur place.

Les petites-nièces de Germain Nault sur place en son honneur

Gagnant d’un voyage en Normandie lors de sa participation au Banquier, le vétéran du débarquement Germain Nault n’aura pas eu le temps d’en profiter, lui qui est décédé avant la diffusion de l’émission. C’est en son honneur — et à sa demande — que ses deux petites-nièces, Martine et Marilou Doyon, se sont déplacées en France pour assister aux différentes commémorations du 75e anniversaire de cet événement.

« Quelques jours avant de mourir, notre grand-oncle nous avait fait promettre d’y aller, se rappelle Martine Doyon qui, avec sa sœur, a écrit le livre J’ai survécu au débarquement. Il le voulait absolument. Les anciens combattants y sont retournés et mon grand-oncle est souvent retourné. On s’était dit qu’on allait y aller au 75e anniversaire, car il y a toujours de grosses commémorations aux cinq ans. »

À lire aussi: «Cadeau inattendu» de Germain Nault à la Grande Table 

Le vétéran Germain Nault est mort

75e ans du jour J: un peu de Sherbrooke en Normandie

Trudeau souligne les 75 ans du débarquement de Normandie

Des commémorations du jour J partout au Canada

Jour J: des vétérans émus et heureux d’être là

« C’est probablement la dernière grosse commémoration où on aura encore la présence d’anciens combattants, poursuit-elle. Pas juste les vétérans, il y a aussi les civils qui ont vécu cette guerre. On s’est inscrites aux deux commémorations officielles et à trois autres. »

Martine Doyon est actuellement en Normandie avec sa sœur Marilou.

Pendant plusieurs jours, les deux femmes ont visité des lieux significatifs de la région française. « Bény-sur-Mer et Courseulles-sur-Mer sont des villes qui ont été libérées par les Canadiens. On a fait notre itinéraire selon ce qui est symbolique, significatif pour le Régiment de la Chaudière, le seul régiment canadien-français qui a participé au débarquement de Normandie », dit-elle, mentionnant que les visites sont très émotives.

« La journée du débarquement, les jeunes étaient dans la vingtaine, décrit-elle. Ils s’étaient entraînés quatre ans en Angleterre et au Québec et ils auraient pu être tués en sortant de l’eau. En plus du mal de mer que les soldats ont eu avant de sortir! Mon grand-oncle, lui, était dans un véhicule. L’un de ses bons amis, qui venait de Bromptonville, est décédé le jour du débarquement. »

Pour elle, cette visite chez les cousins français termine la boucle qui a commencé lors de la publication de l’histoire du grand-oncle en 2012. « Nous avons été sous les projecteurs, se rappelle Martine Doyon. Les médias ont parlé de nous. On trouvait important que les gens qui l’ont suivi — car l’émission du Banquier a été écoutée par 2 millions de téléspectateurs en France et au Québec — sachent. On va honorer notre grand-oncle. On se sent privilégiées d’être ici pour rendre hommage à nos anciens combattants. »

Les deux femmes ont fait connaître l’histoire des anciens combattants au Québec. « Mon grand-oncle a parlé toute sa vie des petits bouts de la guerre, mais n’avait jamais raconté l’histoire en entier. C’est pour ça que ma sœur et moi voulions écrire son histoire. Il a senti la reconnaissance de tout le monde après tant d’années. Il nous dit avoir eu une deuxième vie : la guerre, sa vie après. Il a revécu ça et était content de mourir en ayant participé au devoir de mémoire », résume-t-elle. Tommy Brochu