Les exemples à suivre chez les parents de sportifs, selon leurs coachs

Les parents sont plus intensivement engagés dans le sport de leurs enfants que jamais auparavant. La pratique sportive peut offrir un contexte de rapprochement et d’interaction parents-enfants. Mais ça n'est pas toujours le cas…

On en a vu se battre dans les gradins, insulter des arbitres ou des entraîneurs, voire des jeunes en train de jouer. 

Les parents agissent avec des modèles de comportements, d'attitudes et de convictions à la fois positifs et négatifs.

Milieu social complexe

Dans le sport, le rôle de parent se joue dans un milieu social complexe, au sein duquel il interagit avec d’autres parents, des entraîneurs et des enfants. Les parents font face à des demandes complexes qui exigent un répertoire de compétences pour favoriser des expériences sportives positives à leurs enfants.

En raison de ces complexités, il n’est pas étonnant que les entraîneurs, les organisationssportives et les parents eux-mêmes réclament davantage d’éducation et de soutien.

On peut considérer les approches parentales de deux façons distinctes, mais reliées. D’abord, il y a le style parental qui appuie l’autonomie des enfants. Il est particulièrement efficace pour rehausser la motivation et les expériences des enfants.

De tels parents offrent à leurs enfants des choix à faire et les encouragent à résoudre eux-mêmes les problèmes plutôt que de contrôler leurs comportements. Ils fournissent une structure sous la forme de directives claires et cohérentes, de règles et limites. Ils sont souvent fortement engagés dans le sport de leurs enfants, tout en favorisant leur indépendance.

Tenir les enfants responsables

En plus du climat émotionnel créé par les parents, les chercheurs examinent aussi leurs pratiques — des comportements spécifiques dans un contexte particulier, comme lors d’un événement sportif.

Des études ont examiné le rôle des parents dans le tennis junior. Elles ont utilisé les perspectives des entraîneurs, des joueurs et  des parents eux-mêmes. Il s'agissait notamment de déterminer des pratiques parentales perçues comme positives pour le développement des joueurs. Elles comprenaient l’amour inconditionnel, le soutien logistique et financier et le principe de tenir les enfants seuls responsables de leur comportement sur le terrain. Inversement, les pratiques parentales négatives concernaient les parents qui surévaluaient la victoire, ne contrôlaient pas leurs émotions et critiquaient les enfants.

De même, les études avec les enfants-athlètes eux-mêmes ont révélé leurs préférences lors des compétitions. Mes collègues et moi l'avons demandées à des adolescentes. Elles souhaitent que leurs parents assistent à la préparation du match, qu’ils mettent l’accent sur l’effort plutôt que sur le résultat, qu’ils démontrent du respect sans trop attirer l’attention sur eux-mêmes et qu’ils fournissent des commentaires positifs et réalistes après la compétition.

Les « meilleurs » parents de sportifs

Une autre étude que nous avons menée à l’Université d’Alberta a porté sur le comportement parental exemplaire dans le sport de compétition en équipe junior féminin. Nous avons demandé aux entraîneurs de désigner quelques-uns des « meilleurs » parents de sport avec lesquels ils avaient travaillé.

L’étude a donné des résultats intéressants. Ces parents appuyaient l’autonomie de leur fille de diverses façons, notamment en encourageant son indépendance et sa compréhension — et en soutenant ses objectifs sportifs. Nous avons conclu que cette idée de partager des objectifs était importante; ces parents exemplaires partageaient les objectifs de leurs enfants, plutôt que de leur imposer leurs propres objectifs.

Les parents exemplaires établissaient aussi de saines relations dans le milieu sportif, en soutenant notamment l’entraîneur et les joueurs, en créant des liens avec les autres parents et en étant bénévoles pour le club. Finalement, ces parents savaient gérer leurs propres émotions, particulièrement durant et après les compétitions.

Importance du jeu libre et actif

Les parents sont de plus en plus conscients que les enfants doivent expérimenter divers sports, plutôt que de se spécialiser dans un seul. Plusieurs études reconnaissent les bienfaits de l’expérimentation des sports et les risques d’une spécialisation hâtive. Toutefois, avec l’objectif plus large de favoriser la santé de l’enfant et son développement, les parents doivent faire preuve de prudence pour ne pas l'impliquer dans un trop grand nombre de sports.

Quand les saisons de sport se chevauchent, les enfants risquent d’avoir des horaires trop chargés. Il est essentiel de maintenir un certain équilibre parce que si les enfants sont trop occupés, ils passent à côté de quelque chose de fondamental de leur enfance— le jeu actif. Les parents, aussi, ne peuvent s’attendre à donner le meilleur d’eux-mêmes lorsqu’ils s’épuisent à la tâche en courant d’un cours ou d'une compétition à l’autre.

Les parents peuvent créer des expériences sportives positives s’ils écoutent leurs enfants et comprennent leurs objectifs dans le sport. Leur style et leurs pratiques parentales doivent soutenir les expériences de leur enfant. Il est important pour eux de créer de saines relations dans le milieu sportif et de maintenir un juste équilibre.

Le sport devient alors agréable et gratifiant pour toute la famille.

* * * * *

Ce texte est d'abord paru sur le site franco-canadien de The Conversation. Reproduite avec permission.