L’un des accusés, Thomas Harding, au centre, discute avec son avocat Me Thomas Walsh, à droite.

Les employés de la MMA ne présentent pas de défense

Thomas Harding, Jean Demaître et Richard Labrie ne présenteront pas de témoignage pour leur défense.

Les trois ex-employés de la Montréal, Maine & Atlantic (MMA) ont annoncé, mardi, au jury qu’ils ne présenteront pas non plus de témoins à leur procès.

Le conducteur de train, Thomas Harding, le contrôleur de la circulation ferroviaire (CCF) Richard Labrie et le directeur de l’exploitation Jean Demaître sont accusés de négligence criminelle causant la mort de 47 personnes à Lac-Mégantic le 6 juillet 2013.

À tour de rôle les avocats de la défense ont annoncé au jury qu’ils ne feront pas de défense.

« M. Demaître désire ne pas faire de défense », a confirmé Me Gaétan Bourassa qui défend Jean Demaître.

« Il n’y aura pas de témoin entendu ni de défense », a indiqué Me Guy Poupart pour Richard Labrie.

« M. Harding la même chose, nous ne présenterons pas de témoins », a ajouté Me Thomas Walsh pour Thomas Harding.

Durant 34 jours de procès, répartis sur dix semaines cet automne, 31 témoins ont été appelés à la barre par la poursuite.

«Au début du procès, il a été expliqué au jury que le fardeau de la preuve incombe à la Couronne d’établir hors de tout doute raisonnable tous les éléments essentiels des infractions reprochées. C’est sur cette base-là que la décision a été prise. 

Nous considérons que cette preuve n’a pas été faite. C’est une décision qui a été prise en collégialité avec notre client», a expliqué Me Thomas Walsh.

Jean Demaître

Horaire
Le juge Gaétan Dumas de la Cour supérieure a dressé l’horaire des prochaines semaines avec le jury.

« Après discussion, on ne voudrait pas que vous vous sentiez obligés de sortir un verdict à la hâte. Ce n’est pas votre rôle. Il est important que justice soit rendue et que ce soit évident que justice a été rendue. Si vous commencez à délibérer le 20 ou le 21 décembre, c’est dangereux à tout le moins pour l’apparence de justice», a expliqué le juge Dumas.

Les plaidoiries se dérouleront du 3 au 5 janvier 2018.

« La décision était unanime pour toutes les parties concernées que le jury aura besoin de toute la sérénité possible pour réfléchir à leur décision. Commencer à délibérer deux ou trois jours avant Noël n’aurait pas permis qu’ils aient toute cette sérénité. Ils ne doivent pas se sentir poussés pour en arriver à une décision avant telle date », estime Me Walsh.

La poursuite plaidera en premier et sera suivie des avocats de Jean Demaître, Richard Labrie et Thomas Harding.

Le juge Dumas fera par la suite ses instructions au jury la semaine suivante, le 8 janvier 2018.

« Je comprends qu’on vous en demande beaucoup. On veut que vous délibériez dans la sérénité. On pense que c’est la meilleure façon de faire » a expliqué le juge Dumas.

Douze hommes et femmes seront par la suite séquestrés pour s’entendre sur un verdict concernant l’accusation pour chacun des accusés. Après les directives finales, un tirage au sort sera fait pour sélectionner les douze jurés étant donné que la preuve a été entendue par quatorze jurés.

Le juge Dumas a rappelé au jury de ne pas parler de la cause lors de la période des Fêtes.

« Je vous répète ce que je vous ai dit au début: je vous demande de ne pas parler du dossier. Il y aura probablement des repas familiaux. Mon oncle, ma tante, nous ne pouvons pas vous en parler. C’est la réponse la plus facile à donner », a expliqué le juge Dumas aux membres du jury.

Richard Labrie