Le président du Regroupement des intermédiaires du taxi de Québec (RITQ), Abdallah Homsy

Les chauffeurs de taxi manifesteront autour de l’Assemblée nationale

Des chauffeurs de taxi en provenance des quatre coins du Québec se réuniront mercredi autour de l’Assemblée nationale pour faire «entendre leur colère», au premier jour des consultations parlementaires sur le projet de loi 17.

La circulation risque d’être perturbée à l’heure de pointe matinale sur la colline parlementaire. Les chauffeurs de taxi stationneront leurs véhicules près du bureau du ministre des Transports François Bonnardel, situé au 700, René-Lévesque Est, avant de se rendre manifester à pied à l’Assemblée nationale sur le coup de 10h. 

Même si de nombreuses rencontres ont eu lieu entre le ministre Bonnardel et des représentants de l’industrie du taxi depuis le dépôt du projet de loi le 20 mars, le gouvernement caquiste maintient le cap et souhaite libéraliser totalement l’industrie du transport de personnes. S’il est adopté, le projet de loi 17 aura pour effet de rendre nulle la valeur des permis de taxi actuels. 

Abdallah Homsy, président du Regroupement des intermédiaires du taxi de Québec (RITQ), réclame une compensation pleine et entière de la valeur des permis. «Arrêtez de faire payer le contribuable. Allez chercher cet argent-là chez Uber», lance-t-il. 

M. Homsy indique qu’un «dialogue» s’est ouvert avec le gouvernement depuis lundi, mais «ça ne rassure pas encore la base».