Les Blues ont gardé la pédale d’accélérateur au plancher tout au long du match.

Les Blues de St. Louis éliminent les Jets de Winnipeg

SAINT-LOUIS - Jaden Schwartz savait que quelque chose de positif allait ressortir après avoir connu des ennuis au cours de la saison régulière.

L’attaquant des Blues de St. Louis a commencé à voir la lumière au bout de ce long tunnel lors des deux derniers matchs de la série de premier tour opposant les Blues aux Jets de Winnipeg.

Schwartz s’est donné en spectacle et il a enregistré un premier tour du chapeau en carrière en séries, aidant les Blues à éliminer les Jets grâce à une victoire de 3-2, samedi soir.

Schwartz n’a touché la cible que 11 fois durant la saison régulière et a connu une longue disette de 22 matchs entre le 20 décembre et le 12 février.

«Parfois, quand tu n’arrives pas à marquer, le filet ne te semble plus aussi gros, a expliqué Schwartz. Lorsque tu profites d’un rebond ou d’un revirement, il semble que tu peux être en mesure de marquer. Tout le monde peut vous dire que la confiance, comme dans tous les sports, c’est ce qu’il y a de plus important.»

Schwartz n’avait pas fait mouche lors des quatre premiers duels de la série, mais il a marqué quatre buts dans les deux derniers, permettant aux Blues d’accéder au deuxième tour pour une troisième fois en quatre ans.

Schwartz, un choix de premier tour des Blues en 2010, en était à un 55e match éliminatoire en carrière. Il a profité des passes savantes de Brayden Schenn, Tyler Bozak et Ryan O’Reilly pour inscrire un but lors de chaque période.

«Nous avons fait du bon boulot ce soir et nous avons capitalisé sur nos chances, a reconnu l’attaquant des Blues. Nous étions agressifs sur la rondelle et nous semblions jouer sans peur.»

À ses premières séries en carrière dans la LNH, le gardien recrue Jordan Binnington a eu l’air d’un vétéran devant la cage des Blues. Samedi, il n’a pas eu à se surpasser, mais il a tout de même fermé la porte au troisième vingt pour conclure la rencontre avec 18 arrêts.

Dustin Byfuglien a trouvé le moyen de battre Binnington pour réduire l’écart à 3-1 et Bryan Little a rendu les choses intéressantes, mais les Jets n’ont pas été en mesure de forcer un match ultime. La troupe manitobaine s’était inclinée en finale d’association, l’an dernier. Connor Hellebuyck a repoussé 33 des 36 rondelles dirigées vers lui.

«C’est difficile de dire ce qui n’a pas tourné rond en ce qui nous concerne, a déclaré Hellebuyck. Nous ne devrions pas pointer quelques joueurs du doigt ou tenter de trouver un coupable. Les Blues ont une bonne équipe et ils ont bien joué. Ils voulaient gagner, ça se voyait.»

Comme ça semble être la tendance dans plusieurs séries depuis le début du tournoi printanier, une équipe a trouvé le moyen de marquer dès les premières minutes d’un match. Les Jets avaient réussi l’exploit lors de la cinquième partie, mais cette fois, ce sont les Blues qui ont frappé tôt.

Schenn a intercepté une passe de Byfuglien en territoire défensif et il a envoyé la rondelle vers le filet des Jets. Schwartz, qui avait joué les héros jeudi, a propulsé son équipe en avance lorsqu’il a tout simplement poussé le disque derrière la ligne rouge, après seulement 23 secondes d’écoulées.

«Ç’a donné de l’énergie à tout le monde», a reconnu le défenseur des Blues, Alex Pietrangelo.

Les Blues ont gardé la pédale d’accélérateur au plancher dans les minutes qui ont suivi, bénéficiant de quelques occasions de marquer. La meilleure d’entre elles est toutefois survenue avec un peu plus d’une minute à jouer au premier engagement. Ivan Barbashev a fait dévier une passe vers Robby Fabbri, qui s’est échappé devant Hellebuyck. Le gardien a cependant fermé la porte avec l’épaule gauche.

Dominés outrageusement au deuxième engagement, les Jets ont mis plus de 10 minutes avant de décocher un lancer et la tâche est devenue encore plus ardue quand Schwartz a doublé l’avance des siens. L’attaquant des Blues a profité du travail de Patrick Maroon devant le demi-cercle de Hellebuyck et il a fait bouger les cordages.

Schwartz pensait bien avoir planté le dernier clou dans le cercueil des Jets lorsqu’il a touché la cible pendant la quatrième minute de la troisième période, mais Byfuglien et Little ont calmé les ardeurs des Blues en trouvant le fond du filet. Binnington et sa défensive ont toutefois fermé les livres.

+

Alexander Radulov a inscrit deux buts en deuxième période et les Stars de Dallas ont battu les Predators de Nasville 5-3.

Les Stars poussent les Predators au bord du gouffre grâce à un gain de 5-3

NASHVILLE — Alexander Radulov a inscrit deux buts en deuxième période et les Stars de Dallas ont battu les Predators de Nasville 5-3, samedi, poussant les champions de la section Centrale au bord du gouffre.

Les Stars ont pris les devants 3-2 dans cette série quart de finale de l’Association Ouest. Ils auront l’occasion d’en finir lundi soir et de rejoindre l’Avalanche du Colorado et les Blue Jackets de Columbus comme équipes repêchées à avoir accédé au deuxième tour éliminatoire.

«Je crois que nous ne cessons de nous améliorer et que nous devons continuer à être meilleurs, a déclaré l’entraîneur-chef des Stars, Jim Montgomery. Le prochain match sera le plus difficile parce qu’il pourrait potentiellement mettre terme à la saison des Predators. C’est un gros défi qui nous attend.»

Jason Dickinson a touché la cible à deux reprises, Tyles Seguin a amassé un but et une aide alors que Jamie Benn s’est fait complice de trois filets des siens. Les Stars ont marqué au moins cinq buts lors de matchs consécutifs pour la neuvième fois de leur histoire, mais une première fois depuis 1991, alors que l’équipe jouait au Minnesota.

Ben Bishop, qui a été nommé pour l’obtention du trophée Vézina pendant l’affrontement, a stoppé 30 rondelles dans la victoire.

«C’est un grand honneur, a reconnu Bishop. Même si c’est un honneur individuel, c’est aussi un honneur qui appartient à l’équipe. Les gars ont fait un boulot formidable devant moi tout au long de la saison.»

Rocco Grimaldi, Ryan Johansen et Kyle Turris ont enfilé l’aiguille pour les Predators, qui ont perdu deux parties de suite en séries pour une première fois depuis les matchs numéro cinq et six de la finale de la Coupe Stanley, en 2017. Pekka Rinne a réalisé 21 arrêts.

L’entraîneur-chef des Predators, Peter Laviolette, saluait le retour au jeu de l’attaquant Brian Boyle, mais ce ne fut pas suffisant pour ralentir les Stars. Le premier trio de la formation de Dallas a décoché 16 des 26 lancers de l’équipe et il a été à l’origine des trois buts au deuxième engagement.

«Ils ont bien répliqué, a admis Laviolette. Nous allons faire de même lors du prochain match et nous allons mettre un terme à la série ici.»

Grimaldi a été l’attaquant le plus surprenant des Predators dans cette série, procurant une avance de 1-0 aux siens en première période grâce à son troisième but du tournoi printanier. Quelques instants plus tard, Rinne a frustré Radulov et Benn.

Dickinson a toutefois créé l’égalité à 13:08 du premier vingt, trompant la vigilance de Rinne grâce à un bon tir des poignets. Les Stars ont pris le contrôle du match lors de la période médiane.

Radulov a donné les devants à sa troupe dès la 40e seconde, lorsqu’il a échappé à la couverture défensive de P.K. Subban. Le Russe a ajouté un but sept minutes plus tard, complétant une mise en scène de Benn.

Johansen a ravivé la flamme de l’équipe locale moins de deux minutes plus tard, après avoir accepté une remise de Filip Fordberg, mais les Stars ont porté un dur coup aux Predators lorsqu’ils ont profité d’un mauvais changement. Benn a aperçu Seguin seul dans l’enclave et il a glissé le disque entre les jambières de Rinne.  AP