Les Alouettes de Montréal se sont un peu compliqué la tâche en échappant la rencontre de vendredi 30-27 en prolongation aux mains du Rouge et Noir d’Ottawa.

Les Alouettes attendent nerveusement des réponses dans le dossier Adams

MONTRÉAL — Les Alouettes de Montréal se sont un peu compliqué la tâche en échappant la rencontre de vendredi 30-27 en prolongation aux mains du Rouge et Noir d’Ottawa.

Ils avaient l’occasion de solidifier leur deuxième place dans l’Est, d’autant plus que les Tiger-Cats de Hamilton, qui ont perdu les services de leur quart partant Jeremiah Masoli pour la saison, ont subi un deuxième revers cette semaine.

En lieu et place, ils ont perdu un peu de terrain en plus de laisser Ottawa se rapprocher.

Une victoire aurait également permis aux Alouettes de leur assurer le bris d’égalité avec un deuxième gain contre le Rouge et Noir. Maintenant, si la course demeure aussi serrée dans l’Est, la formation de Khari Jones devra attendre à la toute dernière semaine de la saison avant de trancher.

«Je ne veux pas dire qu’on leur a donné le match, parce qu’ils ont fait les jeux, ce que nous n’avons pas fait, a noté l’entraîneur-chef. Leur retourneur était très dynamique. Nous avons raté les jeux de base: on tentait de le bloquer au lieu de le frapper et il ne tombait pas. Ça a eu une incidence, car de la façon dont la défense a joué, on ne leur a pas donné grand-chose. En attaque, on a éprouvé des ennuis après le premier quart. Malheureusement nous avons commis trop d’erreurs.»

Particulièrement sur les unités spéciales, où les troupes du coordonnateur Mickey Donovan ont raté plusieurs plaqués.

«Nous allons travailler cet aspect cette semaine, a admis Jones. On doit être meilleurs. Surtout sur le dernier touché (de DeVonte Dedmon) : quatre ou cinq gars l’ont touché et ne l’ont pas arrêté.»

Quant à Adams, si sa blessure devait s’avérer sérieuse, Antonio Pipkin n’a rien fait pour rassurer l’état-major des Alouettes. Vendredi, il n’a complété que huit de ses 17 passes pour 57 verges.

«Je me sentais bien, à l’aise. J’ai raté quelques lancers que j’aimerais retenter, mais je me sentais bien», a dit Pipkin.

«Il a été correct. Rouillé un peu. Il a réussi quelques jeux, mais il aurait fallu qu’il en réussisse un peu plus, a pour sa part analysé Jones. Il a raté un bon bout de temps et c’est difficile d’être lancé dans la mêlée de la sorte. C’est aussi une bonne défense: (le rouge et Noir) a empêché les Stampeders de Calgary de marquer un touché la semaine dernière. Mais nous devions être meilleurs que nous l’avons été. Il a effectué quelques passes qui auraient dû être captées. Nous n’avons pas joué un match suffisamment propre. On doit être plus efficaces. Nous avons manqué trop d’occasions.»

«Vous devez être professionnel, a ajouté Pipkin au sujet de son entrée à froid dans la rencontre. Les pros sont toujours prêts. Notre défense a joué un match remarquable. Nous devons les appuyer davantage en attaque et je dois être meilleur.»

C’est vrai que l’attaque inefficace des Alouettes a gâché une solide performance de la défense, qui n’a accordé que 241 verges au Rouge et Noir. La défense des Alouettes est la seule du circuit Ambrosie à s’améliorer de semaine en semaine depuis le début du calendrier.

En plus d’Adams, le demi à l’attaque William Stanback représente une autre source d’inquiétude. Secoué sur le dernier jeu du match, il a dû être aidé par deux coéquipiers pour quitter le terrain. Dans le vestiaire, il se plaignait de douleurs au cou et à la tête à des coéquipiers.

Les Alouettes disputeront leur prochaine rencontre vendredi, en accueillant les Roughriders de la Saskatchewan.